VOILE : LES SOLITAIRES DE LA VENDEE ARCTIQUE EN ROUTE VERS L’ISLANDE

départ Vendée Arctique
Les concurrents au départ des Sables d'Olonne (photo JM.Liot/Aléa/Vendée Arctique)

La fête était belle ce dimanche aux Sables d’Olonne. Heureux de retrouver les skippers IMOCA, le public a répondu présent, se déplaçant en nombre dans le mythique chenal pour la première course qualificative au Vendée Globe 2024. Les 25 concurrents de la 2e Vendée Arctique – LesSables d’Olonne ont pris le départ d’un parcours de 3 500 milles complexe et intense, avec notamment un tour de l’Islande très attendu. Premier écueil : une dorsale anticyclonique à traverser à partir de lundi soir.

À 17h, les 25 solitaires ont pris un bon départ, dans un vent de nord assez irrégulier. Aucun skipper n’a coupé la ligne trop tôt. Il faut dire que la pénalité de5 heures prévue pour tout marin « volant » le départ était plutôt dissuasive. Les IMOCA ont tout de suite affiché de belles vitesses, particulièrement les foilers, très à l’aise au reaching (vent de travers). Il n’y a pas eu de round d’observation. « Vu la concurrence, il faut être bien dedans dès le passage de la ligne », soulignait ainsi le Dunkerquois Thomas Ruyant (LinkedOut).

Thomas Ruyant peu avant de quitter les pontons aux Sables-d’Olonne (photo Vincent Curutchet/Aléa/Vendée Arctique)

Louis Burton prend le meilleur départ

Avant le départ, il expliquait comment pouvait se passer le début de course. « Le rythme sportif va être infernal » prévient-il. « Pour rester devant, il ne faudra pas s’économiser dans les changements de voilures que le passage des systèmes météos va nous imposer à un rythme effréné. Attention à ne pas faire les mauvais choix ; la concurrence sera sans pitié et sanctionnera sévèrement les mauvaises combinaisons de voiles.« 

Thomas Ruyant a pris un bon départ sur « LinkedOut » (photo Vincent Curutchet/Aléa/Vendée Arctique)

Le skipper nordiste, qui fait partie des favoris, a en tous cas pris un excellent départ. Au classement de 21h dimanche soir, « LinkedOut » pointait en 2ème position, à 1,3 mille nautique du « Bureau Vallée » de Louis Burton, qui a pris le meilleur départ. Ruyant était pratiquement bord à bord avec Jérémie Beyou (Charal).

Mais la route est longue jusqu’au cercle polaire arctique, que la plupart des concurrents vont découvrir pour la première fois. Dans la nuit de lundi à mardi, les voiliers vont certainement être ralentis par une dorsale anticyclonique. C’est donc un premier piège, pas celui attendu, qui va stopper momentanément le rythme intense de la course.

Affaire à suivre…

Infos Vendée Globe
.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 677 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Vendée Arctique 1è journée

Les commentaires sont fermés.