VOLLEY-BALL : LE CAMBRAI VOLLEY PRET POUR UNE TROISIEME SAISON EN LIGUE A

Cambrai Volley
Les joueurs du Cambrai Volley lors de la présentation officielle (photo JMD/Sports 5962)

La saison reprend en fin de semaine pour les clubs français de l’Elite nationale masculine en volley-ball. Après une inter-saison internationale très chargée (Ligue des Nations et championnat du Monde), les clubs retrouvent tous leurs joueurs et débutent les championnats de Ligue A et B masculines. Comme les deux saisons précédentes, Tourcoing et le Cambrai évolueront en LAM avec des ambitions diverses. Après une 2è année difficile, le Cambrai Volley repart avec un effectif stabilisé, avec comme objectif un maintien confortable.

La salle de réception de l’hôtel de ville de Cambrai était bien remplie le 15 septembre dernier. C’était à l’occasion de la présentation officielle de l’équipe pro 2022-2023. Devant un parterre d’élus et de partenaires privés, tout le staff et tout l’effectif a défilé dans une ambiance conviviale. Un moment toujours important avant le démarrage d’une nouvelle saison.
La dernière, le CVEC avait frôlé la catastrophe pour diverses raisons. Le covid et les blessures ont fortement touché l’équipe demi-finaliste du championnat la saison précédente. Après un bon début, le championnat bascule dans le mauvais sens pour les Cambrésiens lors du derby du Nord à Tourcoing. Ce soir-là, le pointu Vasyl Tupchii se blesse à la cheville. Il mettra de longues semaines à se rétablir, avant d’être fortement perturbé par la guerre en Ukraine. Le joueur ukrainien retrouvera effectivement son rendement près le rapatriement de sa famille à Cambrai.

De forts bouleversements en pleine saison

Cambrai doit donc jouer les play-downs pour éviter la relégation. Avant, le club s’offre une crise en coulisses qui nécessite le retour à la présidence de Jean-Michel Machut. Changement d’entraîneur aussi avec Gabriel Denys qui revient aux affaires, à la place de Roman Ondrusek.

Cambrai Volley
Les volleyeurs cambrésiens repartent pour une saison parmi l’élite (photo LNV)

L’opération sauvetage va réussir. Malgré un règlement qui ne tient pas totalement compte de la 1ère phase du championnat, Cambrai Volley gagne 10 matches sur 12 et assure le maintien haut-la-main en terminant 9ème. Ouf !

Après cet avertissement sans frais, les dirigeants doivent stabiliser l’équipe, renforcer le staff pour éviter une nouvelle saison galère. Cela commence par le maintien de Gabriel Denys au poste d’entraîneur. Celui-ci avait pris du recul en devenant directeur sportif la saison passée. Mais son expérience du club a clairement manqué. Et ce Nordiste pur jus revient sur le parquet avec envie après une saison un peu en retrait.

 » On a fait en sorte de reconstruire une équipe avec nos moyens »

Gabriel Denys, entraîneur du Cambrai Volley

Le coach cambrésien nous confie ainsi: «  Il y a une volonté de ma part de continuer à aider le club et à perdurer dans ce qui est le plus haut niveau en France. On a fait en sorte de reconstruire une équipe avec nos moyens. C’est la marque de fabrique du club. Avec un état d’esprit irréprochable dans une division qui est de plus en plus difficile. »

Objectif maintien… pour commencer

Pour autant, le technicien cambrésien ne veut pas fixer d’objectif trop élevé. Le premier reste le maintien. » Beaucoup d’équipes sont cet objectif là en tête. Et elles ont recruté pour cela. Il y a aussi des paramêtres que l’on ne contrôle pas: les blessures, les méformes… On sait donc que ça va être compliqué. Ce sera un combat tous les week-ends. Après, si on est capable de faire plus, on ne va pas s’en priver, comme il y a deux ans. » A cet effet, Gabriel Denys confie être satisfait du recrutement.

Le Cambrai Volley a recruté avec un budget limité. Plusieurs joueurs sont partis. D’autres sont arrivés. Parmi eux, l’ancien international français Baptiste Geiler (42 sélections). Bien que né à Montpellier, il revendique ses racines nordistes, fixées au Touquet. Ce réceptionneur-attaquant de 35 ans prend la succession de Yannick Bazin comme capitaine.

Il explique ainsi les raisons de sa venue à Cambrai. » D’abord parce que mes origines sont du Nord. Ensuite parce qu’il y a un club. Yannick Bazin et Paul Villard ne m’ont en dit que du bien. Et Gabriel Denys m’a vendu un projet intéressant. Donc, me voici! »

Baptiste Geiler n’est pas déçu de son choix. Voici ce qu’il pense de l’équipe quelques semaines après son arrivée.

Vidéo SPORTS 59/62. Baptiste Geiler, le nouveau capitaine du Cambrai Volley.

Un effectif à moitié renouvelé au Cambrai Volley

L’équipe en fait a été renouvelée à 50%. Hormis Geiler sont arrivés le passeur macédonien Gjorgi Gjorgiev; le pointu letton Hermans Egleskains en provenance d’Olympiakos; les centraux néerlandais Maikel Van Zeist et cubain David Fiel, qui jouait la saison passée au Paris Volley.

Sont restés le libéro autrichien Philip Kroiss (3è saison; le passeur brésilien Yago Dutra; Boris Takaniko (6è année). Et les deux plus anciens: le central monténégrin Yvan Jecmenica (7è saison) et le réceptionneur-attaquant français Paul Villard, qui entame sa 8è saison à Cambrai.

Comme on le voit, le staff a fait le choix de stabiliser le groupe en conservant la moitié d’anciens. Et de le compléter avec des joueurs d’expérience. On verra dès le début si l’amalgame prend. Ce sera samedi soir à la salle Vanpoulle. Le Cambrai Volley recevra les Spacer’s de Toulouse, une des bonnes équipes de Ligue A masculine.

Maikel Van Zeist est l’un des nouveaux joueurs du Cambrai Volley (photo JMD/Sports 5962)

Samedi 1è octobre, 1è journée de Ligue A masculine (LAM): Cambrai-Toulouse (20h) et Sète-Tourcoing (19h30)

PAS DE NOUVELLE SALLE POUR LE VOLLEY A CAMBRAI

Lors de la soirée de présentation, la question de la salle a été évoquée par le président Jean-Michel Machut. Le Cambrai Volley joue à la salle Jean-Marie Vanpoulle. C’est une salle multisports ouverte en 1995. Elle est principalement utilisée aujourd’hui pour accueillir des matchs de volley-ball, de basket-ball et de hockey en salle.

«  Nous aimons bien notre gymnase Vanpoulle. Mais il a besoin d’un sérieux toilettage, et d’aménagements pour la Ligue A. Nous avons pour le moment 69 points sur les 60 demandés pour la nouvelle licence club pro. Nous devons atteindre les 100 points d’ici trois ans » , a ainsi expliqué le président.

Cette salle est plus proche du gymnase que d’un palais des sports. Elle a été rénovée pour la Ligue A avec notamment un nouveau parquet. Sa capacité maximale est de 1 400 spectateurs. Le CVEC n’est que l’un des quatre clubs résidents. Et surtout, la capacité d’accueil est aujourd’hui un peu limitée pour la LAM.

L’idée d’une nouvelle salle a été rapidement évoquée. Mais l’adjoint au sports François Wiart, qui représentait le maire François-Xavier Villain actuellement malade, a été clair. » Il y a actuellement un problème de cohabitation. Mais il n’est pas envisageable de faire un équipement pour le seul volley-ball.« 

Malgré tout, la municipalité promet des aménagements concrets de la salle Vanpoulle pour la mettre totalement aux normes de plus en plus exigeantes de la LAM. La toiture et la verrière notamment vont être refaites. L’éclairage sera porté à 1000 lux dans les prochains mois. Un écran géant devrait aussi être installé en 2024.

LA RELEVE EST PRETE A CAMBRAI

Viktor, Roman et Romain ont gagné la nouvelle Coupe de France M11 (photo JMD/Sports 59/62)

Lors de la soirée de présentation, les trois jeunes vainqueurs de la Coupe de France M11 ont également été mis à l’honneur. Viktor Carcel, Roman Ondrusek (fils) et Romain Lenne ont en effet gagné ce nouveau trophée le 19 juin dernier.  Pour parvenir à la finale, ils ont battu chaque adversaire par le même score de 2 à 0. Ils ont ainsi éliminé Saint-Jean-d’Illac, Sartrouville et Fréjus avant de disputer la finale face à Draguignan.

Les trois jeunes du VBCC offrent ainsi au club son premier titre national. La Coupe était d’ailleurs exposée à l’hôtel de ville. Cambrai possède une équipe pro. Mais il forme aussi des jeunes prêts à prendre la relève un jour.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 917 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.