AUTOMOBILE. ADRIEN FOURMAUX AU RALLYE D’YPRES

Adrien Fourmaux part en reconnaissance @JMD/Sports5962

Le rallye d’Ypres a lieu cette semaine à une date inhabituelle. Et pour cause. Le célèbre rallye flamand entre officiellement dans le championnat du monde des rallyes (WRC). C’est la première apparition en WRC pour la Belgique, qui devient la trente-cinquième nation à accueillir une manche du calendrier. Une première pour la Belgique. Mais une première aussi pour Adrien Fourmaux à Ypres. Le pilote lillois n’a en effet jamais disputé ce rallye si proche de chez lui.

La 56ème édition du Renties Ypres Rally Belgium ne pouvait rêver plus belle affiche. La première manche belge du Championnat du Monde des Rallyes FIA présente un magnifique plateau de départ avec 108 équipages. professionnels et amateurs. Tous les meilleurs pilotes du monde vont affronter les favoris locaux Thierry Neuville et son copilote Martijn Wydaeghe. Le rallyman belge fait figure de favori sur ces routes qu’il connait parfaitement.

Hormis Neuville, tous les cracks du championnat du monde des rallyes sont présents à Ypres. L’actuel leader Sébastien Ogier, son dauphin Elfyn Evans et le jeune Finlandais Kalle Rovanperä chez Toyota Yaris WRC; Ott Tänak, Craig Breen vainqueur en 2019 et Pierre-Louis Loubet dans l’écurie officielle Hyundai avec les i120 Coupé WRC.

Adrien Fourmaux à Ypres en WRC

L’écurie britannique M-Sport donne à nouveau sa chance au Nordiste Adrien Fourmaux dans une Ford Fiesta RS WRC, aux côtés de Renaud Jamoul, son copilote belge qui connaît parfaitement ces routes étroites et sinueuses de Flandre occidentale. Des voies souvent parcourues par les engins agricoles et les cyclotouristes.  Les routes rappellent celles du rallye du Touquet. On peut s’attendre à des temps rapides du jeune talent français sur asphalte et presque devant son propre public. 

Adrien Fourmaux avec son copilote belge Renaud Jamoul (photo JMD/Sports5962)

Pourtant, le pilote de Seclin n’a jamais disputé le rallye d’Ypres. » Dans le passé, Ypres bien sûr ne figurait pas au programme du championnat de France. Et il n’était plus au programme du championnat d’Europe depuis plusieurs années. C’est une course avec beaucoup de kilomètres qui nécessite un gros budget. Au final, cela m’aurait coûté de l’argent de m’y engager individuellement », explique ainsi l’ancien lauréat de Rallye Jeunes.

Un équipage franco-belge bien rôdé

Avec Renaud Jamoul, Adrien Fourmaux a donc reconnu de façon classique les spéciales du rallye d’Ypres, mardi, mercredi et jeudi. Ces reconnaissances ont eu lieu au volant d’un véhicule d’une berline Ford de tourisme, en respectant le code de la route. Et notamment la vitesse limitée à 70km/h en Flandre. » Il faut être prudent durant ces reconnaissances car les routes sont ouvertes. Il y a beaucoup de marcheurs, de cyclistes ou de tracteurs ». Sans oublier la « politie » très vigilante et présente durant la semaine du rallye. Pour ces reconnaissances, les concurrents ont un GPS de l’organisation pour vérifier les vitesses.

Vidéo. Interview de Adrien Fourmaux avant le rallye d’Ypres.

Adrien et Renaud ont quand même eu l’occasion de tester leur Ford Fiesta la semaine précédente. Les communes nordistes de Nordpeene et Buysscheure avaient bloqué un circuit et 60 commissaires de piste pour permettre des essais chronométrés aux pilotes intéressés. » Les routes sont similaires à celles d’Ypres« , affirme Adrien Fourmaux. « Avec mon écurie, nous avons toujours une journée de test avant chaque épreuve ».

Des résultats et des progrès réguliers

En décembre dernier, le rallyeman lillois a défini un programme mixte avec M-Sport Ford. Alors qu’il devait à l’origine juste disputer le championnat WRC2 (la 2è division mondiale), il bénéficie d’un programme mixte, avec 10 rallyes en catégorie R5, et 10 en WRC. Et il a fait preuve d’une grande régularité depuis le début de saison.

L’année a démarré en beauté avec le mythique rallye de Monte-Carlo. Fourmaux se classe 2ème en WRC2 et 8ème au scratch. A l’Artic Rally Finland, qu’il découvrait, il termine 9ème en WRC2. Puis il prend le volant en WRC avec des résultats remarquables: 5ème après au rallye de Croatie et 6ème au Portugal.

Seul accroc: une sortie de route en Sardaigne (« une boulette de ma part« , reconnaît-il) en WRC2. Mais il efface cette erreur au rallye du Kenya, qu’il découvrait.  » Une course magique, aux superbes paysages », qu’il conclue à la 4ème place du scratch (il était engagé en WRC), avant d’être déclassé d’une place par le jury. Le Nordiste a été pénalisé par les commissaires pour ne pas avoir respecté le tracé de la spéciale 14 et coupé la route.

Sa dernière course, c’était en Estonie. Il termine 4ème en WRC2. » Pour le général, c’est plié », regrette-t’il. Mais c’était difficile de viser le titre avec un programme mixte qui lui convient parfaitement.

Bilan positif à la mi-saison

A mi-saison, il se classe à la 10ème place avec 30 points en WRC. Avec seulement trois rallyes disputés. En WRC2, il est 5ème avec 48 points; trop loin du Norvégien Mikkelsen (98 points).

Le bilan est donc bon, même s’il sait qu’il faudra encore faire mieux dans cette 2ème moitié de saison. » Nous devons nous montrer performant dans chaque course. La Croatie (où il a signé son premier scratch dans une spéciale) et le Kenya, c’était bien. Dans le team, tout le monde bosse dans les meilleures conditions ». Le duo Fourmaux-Jamoul dispose ainsi d’un chef de voiture, qui les suit durant tout le rallye. A Ypres, Adrien Fourmaux devra encore marquer des points.

Pour beaucoup d’observateurs, le jeune Français peut devenir l’une des futures stars du rallye après avoir été sélectionné en 2016 par la célèbre opération Rallye Jeunes. Cette opération de la FFSA a ainsi lancé les carrières de Sébastien Loeb et Sébastien Ogier. 16 titres de champion du monde à eux deux !

Le successeur de Loeb et Ogier ?

Alors qu’il entrait en 4ème année de médecine à Lille, Adrien a mis de côté ses études pour se lancer à fond dans une carrière de rallyeman pro. En 2017, il se classe troisième du Championnat de France Junior avec une Ford Fiesta R2 pour sa première saison automobile.

L’année suivante, il survole les débats en remportant les cinq manches du calendrier, ce qui lui vaut la couronne et un programme avec une Ford Fiesta R5 en WRC2. D’entrée, il obtient la deuxième place de la catégorie tout en finissant dixième du classement général au Monte-Carlo. Il termine également troisième en Grande-Bretagne.

Pour sa quatrième campagne, le natif de Lille mène sa Ford Fiesta Rally2 préparée par M-Sport Ford à la troisième position du WRC2 et s’impose dès ses débuts en WRC à l’occasion du Rallylegend de Saint-Marin, une épreuve hors championnat. Il remporte aussi un rallye du championnat d’Europe, aux Canaries, durant une année perturbée par le covid.

La Ford Fiesta RS WRC n°16 avec laquelle Adrien Fourmaux va courir à Ypres (photo JMD/Sports5962)

Un programme varié… et payant

Cette année, le rallye d’Ypres propose un nouveau format. Après le shakedown (essais chronométrés) de vendredi matin, il y aura deux jours et demi de course. La grande nouveauté, c’est la finale qui aura lieu dimanche sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Au total, il y aura 20 épreuves spéciales pour un total de 295,15km. Une seule spéciale passera dans le Nord. Ce sera vendredi avec la spéciale Westouter-Boeschepe qui sera parcourue deux fois.

Attention: l’accès aux spéciales est payant. Il faudra donc acheter des billets sur le site de la course pour assister à la course. Et notamment voir Adrien Fourmaux courir à Ypres.

ENCADRE. UN RALLYE INCONTOURNABLE DU CALENDRIER INTERNATIONAL

Le Rallye d’Ypres est né du … Rallye de Monte-Carlo. En 1963, quelques amis et passionnés d’automobile, Johan et Marc Rouseré, Elie Alleweireld, Hubert Saelens, Pierre Hoël, Roland Van Eygen, Firmin Soenen et Gilbert Lempire décident de créer l’AC Targa Florio. La section Ypres-Poperinge de l’Automobile Club de Flandre Centrale s’est réunie « Au Relais », près de la caserne d’Ypres, une entreprise exploitée par Pierre Hoël.

Le 18 janvier 1964, Ypres s’initie au rallye. Sur la Grote Markt un contrôle des timbres du Rallye de Monte-Carlo a été organisé. Vers 19h tous les feux tricolores ont été éteints, la circulation autour de la place du marché a été détournée et tous les bâtiments publics ont été illuminés pour créer une atmosphère unique. 130 équipes étaient attendues pour le contrôle des timbres sur leur parcours du « parcours de concentration » en direction de Monaco, plus précisément les équipes qui sont parties de Paris (n° 140 à 220) et de Francfort (n° 221 à 238).

Sur la route du Monte-Carlo

Via Arnhem, La Haye et Ostende, ils sont arrivés à la Grote Markt d’Ypres peu après 20 heures puis ont poursuivi leur route vers Boulogne et la Principauté. Ce fut une soirée inoubliable pour les Ypres et les jeunes passionnés de voitures de l’AC Targa Florio,dont un certain Franz Thévelin, car de grands noms sont passés sur le Grote Markt, comme la légende de la F1 Graham Hill avec sa Ford Falcon Sprint Futura (n°201), mais aussi les frères Lucien Bianchi (n°164) avec une Citroën DS 19 et Mauro Bianchi (n°199) avec un coupé Lancia Flavia GT.

Le 17 janvier, un autre point de contrôle du Rallye de Monte-Carlo a été organisé, mais cette fois à Roulers. Pendant ce temps, les camarades « Relais » étaient convaincus qu’ils devaient organiser eux-mêmes un rassemblement à Ypres. L’Omloop van Vlaanderen ayant eu lieu en octobre, ils ont opté pour un rassemblement au printemps.

(Infos site officiel Renties Ypres Rally Belgium)

La Grote Markt (grand’place) d’Ypres se prépare à accueillir le départ du rallye WRC (photo JMD/Sports5962)

Les faits marquants

  • Le rallye d’Ypres a eu lieu pour la première fois en 1965 et s’est imposé comme un élément de première ligne du championnat d’Europe des rallyes pendant de nombreuses années.
  • L’ancien pilote belge du WRC Freddy Loix est le maître d’Ypres, avec un parcours remarquable de 11 victoires entre 1996 et 2016.
  • Loix a accumulé à deux reprises une série en or de quatre victoires consécutives – entre 1996 et 1999 et également de 2013 à 2016.
  • Parmi les autres lauréats figurent les anciens champions du monde Walter Röhrl et Miki Biasion, Henri Toivonen, Kris Meeke, Thierry Neuville et le vainqueur 2019 Graig Breen.
  • Breen et Neuville sont au départ de cette édition 2021 qui constitue pour la première fois une manche du championnat du monde WRC.
  • Dans un passé récent, des pilotes nordistes comme François Delecour ou Stéphane Lefebvre y ont participé, avec plus ou moins de succès.
A propos de JEAN-MARC DEVRED 187 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. crash de Adrien Fourmaux au rallye d'Ypres et abandon

Les commentaires sont fermés.