CYCLISME : LE GRAND PRIX DE DENAIN MUSCLE SON PARCOURS

Parcours Grand Prix Denain
Primoz Roglic sur les pavés du Grand Prix de Denain 2021 (photo Pierre Willemetz (Sports 5962)

Les organisateurs du Grand Prix de Denain ont présenté vendredi soir le parcours de la 64ème édition, qui aura lieu le jeudi 16 mars. Le parcours change et s’annonce plus dur, avec l’enchaînement de 12 secteurs pavés différents dans les 80 derniers kilomètres. Le Grand Prix de Denain 2023 promet une belle bagarre et la classique nordiste ne se terminera peut-être pas par un sprint. Comme cette année où l’Allemand Max Walscheid (Cofidis) s’était imposé au finish.

2021 a été un cru exceptionnel pour le Grand Prix de Denain. A quatre mois du Tour de France qui empruntait les pavés du Valenciennois lors de l’étape entre Lille et Wallers-Arenberg, quelques cadors étaient venus se tester sur les pavés. Avec en tête une très forte équipe Jumbo Visma emmenée par Primoz Roglic, qui allait secouer la course. Et surtout Jonas Vingegaard, futur vainqueur du Tour de France. « Mais on ne le savait pas encore », rappelle Dominique Serrano.

Entouré des membres de son Bureau et des élus du Département, de la Ville et de la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut, le président du comité d’organisation a présenté le parcours de la 64ème édition jeudi soir à Denain.

Vidéo SPORTS5962/Cyclism’Actu. Dominique Serrano, le président du comité d’organisation.

Un Grand Prix de Denain 2023 innovant

Le Grand Prix de Denain 2023 tournera une page de la longue histoire de la classique nordiste. L’UCI a renouvelé la licence Pro Séries du GPD. Denain figurera donc durant les trois prochaines années dans le calendrier de la 2ème division mondiale (après le World Tour), au même titre que Fourmies et les Quatre Jours de Dunkerque.

Le GPD constituera aussi comme l’an passé la 2ème manche de la Coupe de France (après le Grand Prix de la Marseillaise) qui compte 17 épreuves à son programme.

Dominique Serrano et le maire de Wallers-Arenberg Salvatore Castiglione lors de la présentation (photo Pierre Willemetz/Sports5962)

Le parcours 2023 sera différent des deux derniers, plus moins contraints par le covid. « Il y avait six secteurs pavés couverts deux fois sur deux boucles », explique ainsi Dominique Serrano. « Et on s’est aperçu qu’il n’y se passait rien sur le premier passage. C’était un simple repérage pour les coureurs. D’autre part, nous avons aussi constaté qu’il y avait trop d’écart entre certains secteurs. »

C’est pourquoi un final totalement différent a été adopté. Il y aura toujours 12 secteurs pavés, tous différents, couverts une seule fois dans la dernière grande boucle de 103,9 km. Le premier tronçon, celui de Avesnes-les-Aubert à Carnières (2,3km classé 4 étoiles) arrivera à 4 kilomètres de l’arrivée. C’est le pavé Robert Mintkewicz emprunté par le Tour de France en 2015. Le dernier, de Avesnes-le-Sec à Hordain (1 800m, 4 étoiles). Le plus long sera le secteur 11, de Quiévy à Viesly (3 700m, 5 étoiles). Celui-ci figure sur le parcours traditionnel de Paris-Roubaix.

Un bon repérage avant Paris-Roubaix

Mais comme l’année passée, il restera un peu plus de dix kilomètres de plat à parcourir au sortir du dernier pavé. « Vu les contraintes de circulation un jour de semaine, on ne pouvait pas aller chercher un tronçon plus près », explique aussi Dominique Serrano.

Le directeur sportif de Cofidis Alain Deloeil, venu en voisin, pense que ce nouveau parcours sera plus sélectif. « C’est effectivement une bonne idée de faire un seul passage sur les pavés. Vu la densité de ces tronçons, on peut s’attendre à une course plus dure. D’autant qu’il y a de nombreux pavés de Paris-Roubaix sur ce parcours. »

Vidéo SPORTS 5962/Cyclism’Actu. Alain Deloeil, directeur sportif de Cofidis.

Ce qui fait dire à Dominique Serrano que si l’édition 2022 a servi de repérage pour le Tour de France, celle de 2023 constituera une bonne préparation avant Paris-Roubaix.

La 64ème édition fera 195,7 km avec 4 boucles: la 1ère de 39,6 km. la 2ème et la 3ème de 26,3 km. Et la dernière donc de 103,9 km. Le parcours passera dans 45 communes et 6 communautés de communes. Il tournera essentiellement dans l’agglomération de Denain. Mais les coureurs iront quand même visiter le Caudrésis, le Cambrésis et le Valenciennois.

Le départ fictif aura lieu à Denain aux alentours de 11h et le départ réel sera donné six kilomètres plus loin à Oisy.

Max Walscheid s’est imposé au sprint cette année (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Les douze secteurs pavés

  • n°12: Avesnes-les-Aubert à Carnières, secteur Robert Mintkewicz (2 300m, 4 étoiles)
  • n°11: Quiévy à Viesly (3 500m, 5 étoiles)
  • n°10: Saint-Python (1 500m, 3 étoiles)
  • n°9: Haussy (800m, 2 étoiles)
  • n°8: Vertain à Saint-Martin-sur-Ecaillon (2 300m, 3 étoiles)
  • n°7: Escarmin à Pont-à-Pierres (1 400m, 3 étoiles)
  • n°6: Capelle à Ruesnes (1 600m, 4 étoiles)
  • n°5: Verchain-Maugré à Quérenaing (1 600m, 3 étoiles)
  • n°4: Quérenaing à Maing (2 500m, 5 étoiles)
  • n°3: Maing à Monchaux-sur-Ecaillon (1 600m, 3 étoiles)
  • n°2: Thiant à Haspres (1 700m, 4 étoiles)
  • n°1: Avesnes-le-Sec à Hordain (1 800m, 4 étoiles)
A propos de JEAN-MARC DEVRED 1018 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Tour des Cent Communes 2023 à Béthune
  2. 4 Jours de Dunkerque 2023

Les commentaires sont fermés.