CYCLISME : LES BIQUETTES D’ARENBERG TRAVAILLENT POUR PARIS-ROUBAIX

Biquettes d'Arenberg
Les biquettes d'Arenberg lors de leur dernière journée de "travail" (photo JMD/Sports5962)

Ce mardi 4 avril avait lieu la traditionnelle reconnaissance des pavés par les organisateurs de Paris-Roubaix. A six jours de la course, leur état général est bon. Même la mythique tranchée d’Arenberg semble tout à fait praticable, malgré les intempéries de ces derniers jours. Cette situation revient en grande partie aux … chèvres utilisées cette année par les collectivités, à la place des engins mécaniques lourds qui pouvaient endommager les pavés. Les « biquettes d’Arenberg » étaient donc les vedettes inattendues de cette reconnaissance, et de la campagne de réfection hivernale.

C’est une tradition chez Amaury Sports Organisation et les Amis de Paris-Roubaix. Le lundi ou mardi qui précède Paris-Roubaix, les organisateurs se retrouvent avec les élus du secteur pour passer en revue les secteurs pavés du final de la reine des classiques.

Rendez-vous donc est donné tôt le matin au café « chez Françoise » pour l’omelette, à Troisvilles, dans le Cambrésis. Avant d’attaquer en voiture les tronçons plus ou moins difficiles pour les suspensions des voitures. Plusieurs stops sont ainsi prévus. A Haspres pour rencontrer les jeunes des lycées horticoles qui participent à la réfection des pavés depuis de nombreuses années. A Denain, c’est plus récent, pour la présentation du Paris-Roubaix féminin. Ensuite à Arenberg pour la reco de la mythique trouée découverte par Jean Stablinski. Et enfin à Templeuve, pour un dernier moment convivial avant les derniers secteurs de la course. Rude journée…

François-Xavier Cadart, Salvatore Castiglione et Thierry Gouvenou lors de la reconnaissance à Arenberg (photo JMD/Sports5962)

10 000 euros pour les Biquettes de l’Espoir

Chaque année, Arenberg et son site minier monopolise les media à la mi-journée. Plus encore cette année avec des invitées d’honneur jamais vues auparavant: des chèvres et des boucs ! Considérés comme de parfaites tondeuses à gazon, ces sympathiques animaux oeuvraient cette année pour nettoyer les herbes qui envahissent ce tronçon de 2 kilomètres implanté en plein milieu de forêt. Son nom réel: la drève des Boules d’Hérin, située à deux pas du site minier où a été tourné Germinal.

« En 2021, nous avions fait passer un engin un peu lourd car il fallait aller vite. La drève était envahie d’herbes et de mousse après la crise du covid et les diverses annulations », explique ainsi le maire de Wallers-Arenberg Salvatore Castiglione. « La seule solution était alors le balayage mécanique. Cela a fait des gros dégâts. Nous avons voulu cette année faire un nettoyage plus écologique. » Un nettoyage assuré donc par les biquettes d’Arenberg, environ 40 pour toute la campagne.

L’opération coûte ainsi 10 000 euros. « Nous sommes cette fois sur un entretien vertueux« , poursuit le conseiller départemental aux sports François-Xavier Cadart. « 10 000 euros, ce n’est pas excessif. On travaille aussi avec l’association les Biquettes de l’Espoir, ainsi qu’un chantier d’insertion. La tranchée d’Arenberg offre un coup de projecteur formidable sur ce type d’évolution dans l’entretien de voirie. » Il faut savoir que l’entretien des pavés de Paris-Roubaix représente 1,2 millions d’euros sur deux exercices budgétaires. Soit environ 500 à 600 000 euros par an rien que pour le Département du Nord.

Cet engagement des collectivités locales (Région, Département, Communes du secteur) a permis au fil des ans de pérenniser le parcours final de la course; alors que la présence des secteurs pavés était menacée. Ces chemins des champs renouent avec une certaine tradition agricole avec l’introduction des biquettes d’Arenberg.

Vidéo SPORTS 59/62. Thierry Gouvenou, le directeur de Paris-Roubaix, à Arenberg.

Encore de l’eau sur le parcours

Dimanche en tous cas, la trouée devrait être roulable, même si les organisateurs craignent toujours la pluie de dernière minute, qui peut rendre les pavés glissants et dangereux. « En 2021, nous avons vu des images exceptionnelles », confirme le directeur de la course Thierry Gouvenou. « Mais aussi beaucoup de stress. Et de voir les coureurs s’engager sur des secteurs pavés complètement inondés, c’était quand même un moment assez dur. »

Les organisateurs ont constaté lors de cette reconnaissance qu’il y avait encore beaucoup de mares d’eau. « La météo s’annonce pas trop mauvaise pour les prochains jours », termine Thierry Gouvenou. « On peut donc penser que cela va sécher et qu’on sera dans les conditions optimales samedi et dimanche. »

En tous cas, pour la tranchée d’Arenberg, ce sera dimanche. Les féminines en effet n’emprunteront pas cette année encore la drève des Boules d’Hérin, jugée encore trop dure pour elles.

BRYAN COQUARD VAINQUEUR AU REGION PAYS-DE-LA-LOIRE

Coquard Pays de Loire
Bryan Coquard net vainqueur au sprint à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (photo DR Marie Vaning/LNC)

Le coureur de Cofidis Bryan Coquard s’est imposé au sprint sur la première étape du Région Pays de la Loire Tour (ancien Circuit de la Sarthe), ce mardi, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée). Bien lancé par ses coéquipiers, Bryan Coquard a survolé ce sprint pour remporter la première étape du Région Pays de la Loire Tour ce mardi, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), devant le Hollandais Marijn Van den Berg (EF Education – Easy Post) et l’Espagnol Manuel Penalver (Burgos BH).

C’est la 2ème victoire de la saison pour Coquard, qui courre dans sa région puisqu’il est originaire de Saint-Nazaire. C’est aussi le 7ème succès de la saison pour son équipe nordiste Cofidis. Le Picard Arnaud Démare (Groupama-FDJ) termine 4ème après un sprint manqué. Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic), lui, a été victime d’une chute peu avant l’arrivée.

« Je me sentais vraiment bien, d’autant que toute l’équipe avait confiance en moi. C’était une journée nerveuse mais j’ai été très bien épaulé. Pierre-Luc (Périchon) et Davide (Cimolai) ont fait un super travail et m’ont déposé en parfaite position, je n’avais plus qu’à conclure le travail. C’est eux qu’il faut féliciter et remercier, je n’avais pas le droit de ne pas gagner ! C’est une sensation géniale, c’est ce que je voulais chercher ici. Maintenant, on va défendre le maillot, prendre les étapes les unes après les autres et espérer un bon sprint dès demain soir. » 

Classement de la 1ère étape du Région Pays-de-la-Loire Tour

1 – COQUARD Bryan (Cofidis) en 3:01:48
2 – VAN DEN BERG Marijn (EF Education-EasyPost) m.t
3 – PEÑALVER Manuel (Burgos-BH) m.t
4 – DÉMARE Arnaud (Groupama – FDJ) m.t
5 – PLUIMERS Rick (Tudor Pro Cycling Team) m.t
6 – FRETIN Milan (Team Flanders – Baloise) m.t
7 – SAJNOK Szymon (Q36.5 Pro Cycling Team) m.t
8 – WELTEN Bram (Groupama – FDJ) m.t
9 – MAHOUDO Nolann (CIC U Nantes Atlantique) m.t
10 – BARBIER Rudy (St Michel – Mavic – Auber93) m.t

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1608 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Pavés Paris-Roubaix 2023 : les notes

Les commentaires sont fermés.