CYCLISME : LES COUREURS DE XELLISS ROUBAIX LILLE METROPOLE AU PIED DU MUR

VC Roubaix menacé
Les Roubaisiens avant une sortie à Thérouanne (photo Laurent Sanson)

La fin de saison s’annonce tendue pour les coureurs de l’équipe continentale Xelliss Roubaix Lille Métropole. Ils espèrent l’arrivée d’un nouveau sponsor après le départ annoncé de Xelliss à la fin de l’année. Mais vu l’absence de résultats cette année, ils sont dans l’obligation de briller, et si possible de gagner, lors des dernières courses qui auront lieu dans les six semaines à venir.

L’équipe roubaisienne, c’est 12 coureurs en tout et pour tout. Pas facile dans ces conditions d’être engagés sur deux fronts. C’était pourtant le cas le week-end dernier où une moitié de l’effectif était engagé au Tour du Doubs, et l’autre dans A Travers les Hauts-de-France. Mais les hommes au maillot noir, blanc et rose n’ont guère eu de réussite. A l’image de toute leur saison.

Alors qu’ils avaient obtenu de beaux bouquets lors des saisons 2018 et 2019, ils ont indirectement été victimes de la crise sanitaire. Avec le chamboulement et l’annulation de certaines courses, les équipes World Tour et Continentales Pro se sont rabattues sur des courses auxquelles ils ne participaient pas les années précédentes. Résultat, les coureurs de Xelliss – Roubaix LM ont trouvé des adversaires bien supérieurs avec des plateaux beaucoup plus relevés. Par exemple dans les Coupes de France, où les courses 1.2, autrefois à leur portée.

Cependant, Daniel Verbrackel n’excuse pas ces mauvais résultats en 2021. Le manager de la formation roubaisienne déplore un manque général de motivation pour la plupart de ses coureurs. Et il les place aujourd’hui devant leurs responsabilités.

Pas la baraka pour Roubaix Lille Métropole

«  Des résultats, il y en a », conteste ainsi le Denaisien Dylan Kowalski. » Mais on n’a pas toujours la réussite pour gagner. Gagner, maintenant, ce n’est pas toujours facile. Mais on fait en sorte de le faire, de faire le travail comme pro. Déjà en début, il y a eu des périodes avec des équipes dr gros niveau; ça aide pas non plus, c’est comme ça. Des résultats, on en a quand même mais il n’y a pas de gagne ».

 » Il y a pression et pression…« 

Dylan Kowalski, coureur de Xelliss Roubaix Lille Métropole »

«  Il y a pression et pression. Il ne faut pas mélanger tout. On ne nous mets peut-être pas la bonne pression. Nous, on fait notre boulot. Nous savons ce que nous avons à faire. On est les premiers à vouloir gagner. Après, ça marche, ça marche pas. C’est comme ça. C’est les aléas du sport… » rétorque aussi le routier nordiste, considéré il y a peu comme un réel espoir du cyclisme français.

Dylan Kowalski et Samuel Leroux au départ de A Travers les Hauts-de-France (photo JMD/Sports 5962)

Sur ce manque de réussite, Kowalski cite comme exemple l’étape de la veille, qui a vu Emiel Vermeulen chuter lourdement et abandonner. Le sprinter belge est le seul à avoir gagné cette année, à Pérenchies.

Année galère pour Samuel Leroux

Le routier roubaisien a joint l’acte à la parole en attaquant deux fois, notamment dans la 3ème étape où il va tenir 60km échappé. Mais victime d’une crevaison, Dylan Kowalski est rejoint avant l’arrivée au Cateau-Cambrésis.

Samuel Leroux aussi est moins en verve que l’an passé, même s’il attaque toujours autant. » Je ne suis ni rouleur ni sprinter, pour moi c’est difficile de gagner. Après, j’ai abandonné sur le Tour Poitou-Charentes parce que j’étais malade. L’équipe n’a vraiment pas de chance, c’est comme ça… »

Les saisons passées, le coureur boulonnais a participé à de nombreuses échappées au long cours. Toutes n’ont pas payé. Mais il a quand même levé deux fois les bras, au Grand Prix Lucien Van Impe, et surtout à Paris-Conneré. Cette année, il a échoué à la 2ème place des Boucles de l’Austreberthe, et du Grand Prix de Saint-Souplet. De modestes courses Elite nationale.

Sur l’avenir de l’équipe, le coureur boulonnais semble confiant. » Je pense que je vais continuer avec Roubaix, même si j’ai des contacts extérieurs. Mais c’est vrai qu’il y a des coureurs dans l’incertitude, c’est difficile pour eux, je comprends… On essaye de faire le maximum mais on n’a pas beaucoup de réussite. »

Un repreneur probable pour Roubaix Lille Métropole

Effectivement, en avril dernier, l’entreprise luxembourgeoise Xelliss (ex-Natura For Ever), a annoncé la fin de son engagement dans le cyclisme à la fin de l’année. « Après trois années de collaboration idéale« , affirme Daniel Verbrackel, qui rend hommage à cette société qui propose une gamme de produits naturels et innovants dans les domaines du bien-être, de la nutrition et de la cosmétique, à base de spiruline. Cette entreprise est dirigée par Eric Masson. Celui-ci est le père de Christophe Masson, ancien coureur pro qui a d’ailleurs terminé sa carrière à Roubaix.

Les Roubaisiens lors de leur stage d’été en juillet dans le Pas-de-Calais (photo Laurent Sanson)

Le manager roubaisien s’est alors mis à la recherche d’un nouveau partenaire privé. Les collectivités locales se sont en effet réengagées pour 2021. Mais il manque 40% du budget sans partenaire privé. Une entreprise nordiste semble d’accord pour prendre le relais. « Mais à ce jour rien n’est encore signé », affirme Daniel Verbrackel, qui se déclare quand même « raisonnablement optimiste« .

Celui-ci est confiant sur la présence d’une équipe pro roubaisienne l’année prochaine. « Mais il y aura beaucoup de changements car c’est un nouveau projet qui va commencer ». Daniel Verbrackel ne pratique pas la langue de bois sur la situation de son groupe. Son jugement est sans ambiguïté. Il parle « d’erreur de casting » et déplore « un manque de motivation général ». Et il n’hésite pas à affirmer que 2021 est certainement « la pire saison en 16 ans, depuis la création de l’équipe ».

Les pistards préservés

C’est pourquoi les routiers de Xelliss Roubaix Lille Métropole sont aujourd’hui sommés de réagir. Seuls Emiel Vermeulen et Samuel Leroux échappent à la critique. Mais Daniel Verbrackel n’exclue pas leur départ vers des formations plus huppées, comme cela a été le cas pour les frères Barbier, Quentin Jaurégui ou Julien Duval par exemple.  » Dans ce cas, nous serions très heureux pour eux car Roubaix reste avant tout une équipe formatrice« .

Les pistards Thomas Denis et Valentin Tabellion également ne sont pas menacés. Le club roubaisien a passé une convention avec la FFC qui doit permettre à ces deux titulaires de l’équipe de poursuite olympique de préparer au mieux les Jeux de Paris en 2024.

Tous les autres coureurs jouent leur place pour 2021 en cette fin de saison. « Tous ont été prévenus. Mais la porte reste ouverte », confirme Daniel Verbrackel. Il reste notamment six manches de Coupe de France aux Roubaisiens pour se montrer. Le plus menacé semble être Julien Antomarchi. A 37 ans, le routier marseillais ne représente plus l’avenir et n’a pas le même rendement que les années précédentes.

Des bouleversements en perspective

L’équipe dirigeante de Xelliss Roubaix Lille Métropole attend une confirmation du nouveau sponsor début octobre. Si l’accord est conclu, il faut d’ores et déjà s’attendre à de forts bouleversements. Un renouvellement profond de l’effectif avec de nombreux départs pour commencer. De nouvelles orientations. On peut aussi s’attendre à un changement de présidence. Le chef d’entreprise Olivier Decock occupe actuellement ce poste après avoir succédé à Jean-Charles Canonne il y a cinq ans.

Bref, même si l’arrivée du nouveau sponsor n’est pas encore confirmée, une nouvelle structure se met en place. Et la tendance est à l’optimisme. Les dirigeants actuels ont encore quelques semaines avant de passer devant la Direction nationale du contrôle de gestion, et de voir leur candidature validée par l’Union cycliste internationale (UCI).

Officialisation probable de la nouvelle début octobre.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 174 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Grand Prix de Fourmies: victoire de Elia Viviani
  2. championnats du Monde de cyclisme 2021: l'Allemagne gagne le relais

Les commentaires sont fermés.