CYCLISME : VALENTIN MADOUAS, UN BEAU CHAMPION DANS UNE COURSE DE LEGENDE

Cassel Valentin Madouas champion de France
La joie de Valentin Madouas vainqueur à Cassel (photo Pierre Willemetz/Sports5962)

Valentin Madouas est devenu champion de France de cyclisme sur route à Cassel, à l’issue d’une course impitoyable, qui a vu seulement 23 coureurs aller au bout. Son équipe Groupama-FDJ a durci la course dès le début. Le favori Julian Alaphilippe a explosé, tout comme les équipes nordistes Cofidis et Van Rysel Roubaix Lille Métropole. Le Breton succède au Nordiste Florian Sénéchal à l’issue d’un championnat qui restera certainement dans les annales.

Vidéo Dailymotion Sports 59/62. La réaction de Valentin Madouas après sa victoire à Cassel

On s’attendait à un championnat de France dur. La course Elite Hommes a été impitoyable. La dureté du circuit de 13,800 km autour de Cassel, ajoutée à la forte chaleur de ce dimanche a donné lieu à une véritable hécatombe. D’autant que la course est partie sur les chapeaux de roue sous l’impulsion de la Groupama-FDJ, qui fait exploser le peloton de 130 coureurs dès les premiers kilomètres. Un véritable carnage… Il n’y aura en effet que 23 coureurs classés à l’arrivée. Pire qu’à Charade en 1998 (16 classés).

« Depuis 44 ans que je commente les championnats de France, je n’ai jamais vu une course aussi dure », lâche ainsi sur le podium le speaker Daniel Mangeas. L’impressionnant rouleau compresseur de Groupama-FDJ s’est mis en route dès le début. L’équipe de Marc Madiot place en effet 8 coureurs dans dont 4 leaders potentiels: Thibaut Pinot, Valentin Madouas, Romain Grégoire et David Gaudu, dans une échappée de 22 coureurs. C’est le début d’une folle journée sur le tourniquet de Cassel noir de monde, malgré les difficultés d’accès au site.

Julian Alaphilippe piégé d’entrée

« On avait planifié de durcir la course », expliquera en conférence de presse Valentin Madouas,  » d’être placés sur les différentes montées pour éviter les cassures et d’être à l’avant si un groupe de trente, quarante partait. Ça s’est fait comme ça et l’équipe a fait un boulot de dingo. »

Cassel Valentin Madouas champion de France
L’équipe de Marc Madiot a écrasé la course (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Difficile de résumer une telle course, pleine de péripéties. On en retiendra seulement les temps forts. Le grand favori Julian Alaphilippe (Soudal Quick Step) est ainsi piégé. Dans un mauvais jour, l’ancien champion du Monde ne parviendra jamais à revenir sur la tête, et devra même abandonner à 106 km de l’arrivée.

Les attaques se multiplient dans la montée pavée vers la Porte de Dunkerque ( (1,9 km à 4 %) puis celle de la Porte d’Aire, un véritable mur (1,2 km à 8 %, dont un passage à 17% dans le haut). Mais la course se joue dans l’avant-dernier tour, quand David Gaudu légèrement décroché, revient sur un groupe de 4 où figurent ses deux équipiers Valentin Madouas et Rudy Molard. Il attaque immédiatement et fait exploser le groupe avant de lâcher complètement trois kilomètres plus loin.

Entre-temps, il a permis à Madouas et Molard de partir devant. Le Brestois lâche à son tour son équipier. Madouas file seul ainsi vers le titre, malgré la tentative de retour du duo de Trek-Segafredo Julien Bernard et Tony Gallopin. Malgré un saut de chaîne dans la descente, le coureur Breton s’impose en solitaire avec une large avance de 1’49 sur Rudy Molard, et 1’53 sur Julien Bernard.

Les régionaux à la dérive

A 26 ans, Valentin Madouas devient à Cassel champion de France Elite pro, après l’avoir été en 2016 chez les amateurs. Une belle émotion sous les yeux de son père Laurent, ancien coureur pro aussi, de sa mère et de sa compagne.

Cette course dantesque écrasée par l’équipe de Madouas a vu la déroute des deux équipes de la Région, Van Rysel Roubaix LM, forcément juste à ce niveau. Mais surtout de Cofidis, qui espérait un second titre consécutif après celui de Victoire Berteau chez les femmes la veille. En fait, seuls Anthony Perez (9ème) et Victor Lafay (16ème) vont terminer. Les leaders Guillaume Martin et Axel Zingle ont abandonné.

Côté roubaisien, le jeune Maxime Jarnet entre dans le top 10, ce qui constitue quand même une bonne performance vu le scénario de cette course épique de 224 km.

Cassel Madouas champion de France
Maxime Jarnet a fait une belle course (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Déroute aussi pour le trio de Soudal Quick Step. Après les abandons de Alaphilippe et du vainqueur du contre-la-montre Rémi Cavagna, Florian Sénéchal mettra ainsi un point d’honneur à terminer. Le Lignisien perd quand même son titre et termine 21ème à plus d’un quart d’heure de Madouas. Mais le public de Cassel n’a pas manqué de l’applaudir, comme tous les coureurs qui sont parvenus à franchir la ligne, après un championnat de pure folie.

Les réactions

Valentin Madouas en conférence de presse à Cassel

Rudy Molard, 2ème. « On a fait une course d’équipe parfaite aujourd’hui. On a eu toute de suite nos meilleures cartes représentées à l’avant. Cela nous a permis de jouer le surnombre et d’être forts dans le final… Sur un parcours aussi difficile, tout le monde savait qu’il fallait avoir un coup d’avance. Le plus fort aujourd’hui, c’était bien Valentin. »

Julien Bernard, 3ème. « Il n’y avait pas de tactique. C’était vraiment du feeling aujourd’hui. Quand j’ai vu l’armada FDJ mettre un grand coup de vis dans la bosse, j’ai décidé de faire l’effort avec Aurélien Paret-Peintre pour rentrer. Avec Tony (Gallopin), il n’y en avait pas un au-dessous de l’autre, et on a décidé de jouer les deux cartes. »

David Gaudu (Groupama-FDJ). « C’est super que Valentin soit récompensé par le maillot bleu-blanc-rouge. Cela fait presqu’un an qu’il l’a dans la tête. Cela récompense aussi ce qu’il a fait pour moi sur le Tour l’an passé. Je suis fier de lui car il est allé chercher ce maillot avec ses tripes. Et dans tous les cas, c’est le plus fort qui a gagné. »

Classement du championnat en ligne Elite Pro

Cassel Valentin Madouas champion de France
Rudy Molard, Valentin Madouas et Julien Bernard sur le podium (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

1. MADOUAS Valentin GROUPAMA-FDJ les 224 km km en 5h41’13 » (moy. 39,388 km/h)
2. MOLARD Rudy GROUPAMA-FDJ à 1’49
3. BERNARD Julien TREK-SEGAFREDO à 1’57
4. GALLOPIN Tony TREK-SEGAFREDO à 2’13
5. PETERS Nans AG2R CITROEN TEAM à 3’29
6. GESBERT Elie TEAM ARKEA-SAMSIC à 4’05
7. PINOT Thibaut GROUPAMA-FDJ à 4’45
8. LOUVEL Matis TEAM ARKEA-SAMSIC à 5’12
9. PEREZ Anthony COFIDIS à 6’19
10. JARNET Maxime VAN RYSEL-ROUBAIX LILLE METROPOLE à 6’21

REMCO EVENEPOEL CHAMPION DE BELGIQUE

Remco Evenepoel champion de Belgique
Remco Evenepoel avec le maillot national sur le podium à Izegem (photo DR Luc Claessen/Getty Images/Soudal Quick Step)

Non loin de Cassel, à Izegem, se disputaient les championnats de Belgique. Après le succès jeudi de Wout van Aert (Jumbo Visma) sur le contre-le-montre, le titre de course en ligne revient à l’autre cador Remco Evenepoel (Soudal Quick Step). A 23 ans, le champion du Monde devient le premier coureur belge au cours des 84 dernières années à remporter les championnats nationaux avec le maillot arc-en-ciel sur les épaules, délivrant en route le 70e titre de l’histoire de Soudal Quick-Step.

Le prodige flamand s’est imposé à sa façon, en attaquant à 28 km de l’arrivée, et en réglant au sprint l’inattendu Alec Segaert (Lotto Dsnty), le seul à pouvoir l’accompagner. « Je suis incroyablement heureux de cette victoire, de cette médaille d’or, de ce beau maillot. Triompher aux Championnats nationaux sur route pour la première fois de ma carrière est incroyable. J’en rêvais depuis que je suis pro et maintenant que je l’ai fait, c’est juste fou », a déclaré Evenepoel, radieux, après son huitième succès de la saison.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1641 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Tour de France sélections pour les Nordistes
  2. Tour de France J-1 : présentation

Les commentaires sont fermés.