FOOTBALL: LE MALAISE BEN ARFA AU LOSC

Ben Arfa LOSC
Hatem Ben Arfa a "pété les plombs" au vestiaire samedi soir (photo archives JMD/Sports 5962)

Après le triste match nul du LOSC contre Bordeaux samedi soir, une vive altercation a eu lieu dans le vestiaire lillois entre Hatem Ben Arfa, ses équipiers et son entraîneur. Ce énième coup d’éclat de l’ancien international va certainement entraîner des sanctions. Une séparation avant-terme de Ben Arfa et du LOSC est fort possible.

La nouvelle n’a filtré que dimanche matin. Mais visiblement, les murs du vestiaire des Dogues ont tremblé samedi soir au stade Pierre Mauroy. Des indices permettaient de pointer un réel malaise après cette mauvaise performance du LOSC (0-0) face à Bordeaux.

Après la rencontre en effet, les joueurs doivent passer par la zone mixte. Ce terme barbare désigne le couloir qui relie les vestiaires au parking où les joueurs rejoignent leur autocar. Déjà, très peu de joueurs lillois sont passés dans cette zone mixte où les attendent les journalistes. Alors que le règlement de la Ligue de football professionnel rend ce passage obligatoire. Mais les joueurs lillois sont habitués du fait. Ils fuient souvent les media après les matches en passant par une porte dérobée… Au grand dam des agents de sécurité et du service de presse du LOSC.

Une tension inhabituelle après le match

Mais là cette fois, la soirée a duré et l’on a senti une situation inhabituelle. D’abord, un joueur lillois quitte très vite le vestiaire. Passe lui par la zone mixte, mais sans parler aux journalistes. C’est Tiago Djalo qui d’habitude, est l’un des rares joueurs lillois à répondre aux interviews. Visiblement, le défenseur portugais est tendu. On apprendra plus tard qu’il s’est accroché le premier avec Hatem Ben Arfa. Ce dernier zappera lui la zone mixte un peu plus tard en se contentant de dire un bonsoir de loin aux journalistes.

Autre indice: Jocelyn Gourvennec arrive très tard en conférence de presse. Signe que les discussions ont duré longtemps au vestiaire. Renato Sanches lui, s’exprimera brièvement (en anglais) dans la zone mixte, sans évoquer l’incident. Il se bornera à répondre, sur l’ambiance: « C’est normal, on veut gagner, être parmi les équipes de tête.»

Dernier indice: José Fonte, en capitaine exemplaire, se présente en zone mixte aux media. Mais également très tard. Et l’on sent le capitaine lillois embarrassé. Spontanément, il reconnaît des tensions dans le vestiaire. Mais il n’en dira pas plus, soucieux de ne pas trahir le secret du vestiaire. Mais on sent José Fonte, habituellement très flegmatique, touché par ce qui s’est passé.

Jocelyn Gourvennec, lui, n’a rien rapporté en conférence de presse sur ces incidents. On sait simplement qu’il a longuement discuté au vestiaire avec son capitaine José Fonte. Ce qui explique que les deux hommes se soient présentés très tard devant les media.

Rupture définitive entre Ben Arfa et le LOSC ?

Le lendemain, selon le quotidien l’Equipe, Ben Arfa est le seul joueur lillois absent du traditionnel décrassage. Un premier signe de mise à l’écart du groupe ?

Le LOSC n’est pas parvenu à étouffer l’incident. Mais ce week-end, personne, de l’entraîneur au président, en passant par l’agent de Ben Arfa, n’a voulu parler de l’affaire. Il est probable que des sanctions seront prises après ce nouvel éclat de Hatem Ben Arfa, qui les accumule à chacun de ses brefs passages dans ses derniers clubs.

Ces sanctions pourraient aller jusqu’à une rupture de contrat. Un contrat qui s’arrête de toutes façons à la fin de la saison. En tous cas, selon des observateurs proches du club, on voit mal Ben Arfa revenir à l’entraînement comme si de rien n’était. Une mise à l’écart définitive semble inévitable.

Jocelyn Gourvennec a violemment été pris à partie par Hatem Ben Arfa (photo archives JMD/Sports5962)

Visiblement, Ben Arfa (35 ans), vit mal le peu de temps de jeu que Jocelyn Gourvennec lui accorde depuis son arrivée au mercato d’hiver. Il n’a débuté que quatre rencontres depuis le mois de janvier et il n’a joué que 337 minutes au total, toutes compétitions confondues. Ses statistiques sont faméliques et son apport inexistant.

L’on devrait en savoir plus cette semaine. Olivier Létang, qui est à l’origine de la venue de Ben Arfa au LOSC, sera bien obligé de prendre position en faveur de son entraîneur, réputé pour la qualité de ses relations humaines avec les joueurs.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 670 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Derby LOSC Lens: le match des supporters

Les commentaires sont fermés.