RUGBY : LA COUPE DU MONDE FRANCE 2023 SUR DE BONS RAILS

Coupe du Monde de rugby 2023
Sir Bill Beaumont, Amélie Oudéa-Castera et Jacques Rivoal lors de la conférence d'ouverture (photo World Rugby)

A 4 jours du début de la 10ème Coupe du Monde de rugby, France 2023, les Institutionnels ont fait le point sur la compétition devant les media du monde entier réunis à Paris. Tous les feux semblent aujourd’hui au vert, après les remous provoqués par les affaires Laporte et Atcher. Les temps forts de cette conférence de presse d’ouverture.

La Conférence de lancement du tournoi a eu lieu le lundi 4 septembre dans le centre des médias principal à Roland-Garros, à Paris. Un vaste ensemble de sujets a ainsi été abordé, des derniers préparatifs de la Coupe du Monde de Rugby 2023 à l’héritage et à l’impact positif de la compétition, avec la participation de hauts représentants du tournoi. Ceux-ci espèrent clairement faire de France 2023 la plus belle Coupe du Monde de l’Histoire du rugby. Cela dans un sport de plus en plus universel.

Ainsi, le président de World Rugby (la Fédération internationale), le légendaire Bill Beaumont attend l’ouverture avec un vrai enthousiasme. « Nous pensons que la Coupe du Monde de Rugby 2023 sera la célébration ultime de la fraternité dans le rugby. Et pourquoi ? Nous avons reçu un soutien incroyable, des plus hautes fonctions aux plus petits villages. Jamais une nation n’a été aussi prête et aussi enthousiaste à l’idée d’accueillir un tel événement. »

Une organisation relancée

Il y a quelques mois encore, un certain flou planait sur l’organisation. Le directeur général du comité d’organisation, Claude Atcher, a été démis de ses fonctions après des accusations de harcélement professionnel. Tandis que Bernard Laporte démissionnait sous la pression de la présidence de la FFR, suite à des soupçons de prises d’intérêts. Ces deux affaires suivent leurs cours sur le plan judiciaire. Mais les successeurs ont relancé la machine qui semblait grippée au plus mauvais moment.

Ainsi Jacques Rivoal, le président de France 2023, se félicite de l’engouement que suscite déjà la Coupe du Monde dans le pays. « Il y a eu plus de 12 000 personnes à Tours dans un stade pour accueillir l’équipe d’Irlande. À Versailles, nous avons accueilli le Pays de Galles avec une haie d’honneur constituée de plus de 200 jeunes de l’école de rugby. Citons également l’inauguration du mégastore sur la place de la Concorde avec plus de 200 mètres de queue avant l’ouverture… Aux quatre coins de France, 4 800 bénévoles s’activent pour leur offrir la meilleure expérience possible. Ce sera une vraie Coupe du Monde ancrée dans les territoires, dans dix villes et métropoles hôtes qui mettront en avant la richesse et la variété de nos terroirs. Plus de 80% des Français seront à moins de deux heures d’un match. »

1,8 millions de billets ont ainsi été vendus. Dont 55% à des supporters français. Mais il y aura aussi 600 000 spectateurs étrangers, ce qui constitue un record depuis la création de la Coupe du Monde de rugby en 1987.

Coupe du Monde de rugby 2023
L’équipe de France de rugby a reçu un accueil enthousiaste à Rueil-Malmaison (photo Aurelien Meunier – World Rugby/ Getty Images)

Laisser un héritage

Le nouveau président de la Fédération française de rugby, Florian Grill, a insisté lui sur l’avenir. En l’occurrence l’héritage que laissera France 2023. « Nous avons l’objectif, à terme, d’avoir 100 000 licenciées féminines, dont 70 000 joueuses et 30 000 dirigeantes, entraîneures et arbitres féminines. Cela fera partie de l’héritage considéré comme matériel… Je pense aussi aux 1 950 clubs de France qui, localement, font nation en créant du lien entre les individus. Ils permettent à des gens de toutes origines, de toutes religions, de toutes conditions socio-professionnelles de se croiser et se mélanger. Je veux profiter de la médiatisation de cette Coupe du Monde pour mettre en valeur le rôle sociétal que jouent ces clubs du quotidien. »

« Cette Coupe du Monde de rugby s’annonce exceptionnelle »

Amélie Oudéa-Castera

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a évoqué plusieurs dossiers sensibles, comme les transports. Et aussi la sécurité. « Sur le plan de la sécurité, je peux vous dire que nous aurons 5 500 forces de sécurité intérieure mobilisées chaque jour. Certains jours, elles seront même 7 000. Elles viendront en complément des 5 000 agents de sécurité privée à travers les stades des neuf villes hôtes pendant toute la durée de la compétition, et en complément des moyens mobilisés par les collectivités elles-mêmes pour la sécurisation des « fan zones » que seront nos Villages Rugby. »

Une année exceptionnelle pour le sport français

Ces deux dossiers sont également au coeur de l’organisation des Jeux Olympiques et paralympiques qui suivront en 2024. Ce qui fait dire à la ministre: « Du 8 septembre 2023 au 8 septembre 2024, date de clôture des Jeux paralympiques, nous allons vivre une année faite de moments de sport exceptionnels ainsi qu’un moment exceptionnel pour la France. Cette Coupe du Monde de Rugby s’annonce exceptionnelle. C’est la première édition que la France organise intégralement sur son sol. »

Acceptons en donc l’augure. En tous cas, l’ouverture s’annonce flamboyante vendredi soir au Stade de France avec déjà le grand choc entre la France et les All Blacks.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1578 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. France All Blacks 2023 présentation

Les commentaires sont fermés.