AUTOMOBILE : LES NORDISTES FREDERIC MAKOWIECKI ET LILOU WADOUX AUX 24 HEURES DU MANS

24 Heures du Mans les Nordistes
Les pilotes engagés aux 24 Heures du Mans 2023 (photo Antonin Vincent/ACO)

Ce samedi 10 juin, à 16 heures, les 24 Heures du Mans, 4e manche du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, fêteront leur Centenaire.  186 pilotes et 62 voitures sont engagés dans cette édition exceptionnelle et historique. Comme chaque année, le plateau rassemble des pilotes professionnels et amateurs. Se mêlent ainsi d’anciens pilotes de formule 1 et de rallyes; des purs spécialistes de l’endurance ainsi que des vedettes du showbizz. Au milieu de tout cela, deux Nordistes ambitieux sont au départ des 24 Heures du Mans 2023. L’Arrageois Frédéric Makowiecki, vainqueur l’an passé en catégorie LGTE pro. Et l’Amiénoise Lilou Wadoux , la première femme à remporter une course du championnat du monde d’Endurance.

Les deux pilotes originaires des Hauts-de-France sont un peu les deux extrêmes. « Fred Mako » est déjà à 42 ans un des anciens des 24 Heures, avec sa 10ème participation. Lilou elle, est une des benjamines avec ses 22 ans et une première participation en 2022.

Tous deux sont pilotes officiels au sein d’écuries prestigieuses. Porsche pour l’Artésien qui monte d’une catégorie. Ferrari pour la jeune Picarde. L’an passé, Makowiecki s’imposait au Mans pour la première fois, dans la catégorie LMGTE pro. Cette année, l’écurie allemande le fait accéder à l’Hypercar, avec les mêmes ambitions de victoire. Il sera aux côtés de l’Américain Dane Cameron (34 ans, 1è participation) et du Danois Michael Christensen (32 ans, 8è participation) sur la Porsche 963 n°5 de l’écurie Penske Motorsport.

24 Heures du Mans les Nordistes
Frédéric Makowiecki passe cette année en Hypercar, la catégorie reine de l’endurance (photos Porsche Penske Motorsport)

Lilou Wadoux, l’étoile montante

Lors des essais qualificatifs, la Porsche n°5 s’est classée 7ème en 3’25″176 dans l’Hyperpole, remportée jeudi soir par la Ferrari n°50 de Antonio Fuoco en 3’22″982.

Pour ce passage dans la catégorie reine, l’Artésien aimerait certainement atteindre le podium. Mais ce ne sera pas évident vu la concurrence, dominée par les Ferrari.

Lilou Wadoux elle, c’est l’étoile montante en endurance. Cet hiver, la jeune amiénoise entrait dans l’histoire du sport automobile en devenant la première femme à gagner une course officielle en endurance. Cela s’est passé le 29 avril sur le circuit voisin (et mythique) de Spa-Francorchamps, dans les Ardennes belges.

Pour sa première expérience au Mans en 2022, la jeune femme avait terminé 13è au scratch, aux côtés des pilotes Français Charles Milesi… et Sébastien Ogier en personne. Mais c’était sur une Oreca 07.

Cette année, l’écurie Richard Mille AF Corse l’a engagé comme pilote officielle. L’Amiénoise dispute donc ses 2èmes 24 Heures du Mans, dans la catégorie LMGTE Am. Dans cette édition du centenaire, Lilou pilote la Ferrari 488 GTE Evo n°83, aux côtés de l’Italien Alessio Rovera et de l’Argentin Luis Perez Companc. Ce dernier a réalisé le 5ème temps de l’Hyperpole GTE AM, en 3’55’’033.

Lilou Wadoux Francorchamps
Lilou Wadoux après sa victoire à Spa-Francorchamps (Photo 2023 FIA WEC / FocusPackMedia – Marius Hecker)

Un « starter » de prestige

On notera lors de cette séance chronométrée la belle performance de l’équipe française IDEC Sport en Hyperpole LMP2. Paul-Loup Chatin réussit en effet le meilleur temps en 3’32’’923. La prochaine fois que les concurrents seront de retour en piste, ce sera pour le warm-up, un échauffement de 15 minutes avant la course. Devant des tribunes pleines, suite au succès historique de la billetterie, la plus grande course d’endurance au monde célèbrera cent ans d’histoire, d’innovations et de fête populaire.

Pour ce centenaire, le départ sera donné par une mégastar du basket-ball (et du sport en général). LeBron James sera le « starter » de la course. Depuis 1949, l’ACO confie, chaque année, à une personnalité le soin de baisser le drapeau tricolore au départ. On peut citer pêle-mêle Brad Pitt (2016), Rafael Nadal (2018), Alain Delon (1996), mais également Georges Pompidou (1972) ou encore Steve McQueen (1971). 

24 Heures du Mans 2023
Le Français Paul-Loup Chatin réalise le meilleur temps en LMP2 sur une ORECA (photo Antonin Vincent/ACO)

On suivra donc de près les deux pilotes Nordistes lors de ces 24 Heures du Mans 2023 historiques. Deux pilotes qui ont également la côte auprès des media. Ce qui n’est pas négligeable pour les écuries.

Les résultats de l’Hyperpole en catégorie Hypercar

1. Ferrari 499P #50 Ferrari AF Corse – Antonio Fuoco* / Miguel Molina / Nicklas Nielsen –  3’22’’982

2. Ferrari 499P #51 Ferrari AF Corse – Alessandro Pier Guidi* / James Calado / Antonio Giovinazzi – 3’23’’755

3. Toyota GR010 Hybrid #8 Toyota Gazoo Racing – Sébastien Buemi / Brendon Hartley* / Ryō Hirakawa – 3’24’’451

4. Porsche 963 #75 Porsche Penske Motorsport – Felipe Nasr* / Mathieu Jaminet / Nick Tandy – 3’24 »531

5. Toyota GR010 Hybrid #7 Toyota Gazoo Racing – Mike Conway / Kamui Kobayashi* / José María López – 3’24’’933

6. Cadillac V-Series.R #2 Cadillac Racing – Earl Bamber* / Alex Lynn / Richard Westbrook – 3’25’’170

7. Porsche 963 #5 Porsche Penske Motorsport – Dane Cameron* / Michael Christensen / Frédéric Makowiecki* – 3’25’’176

Les résultats en LGTME AM

1. Chevrolet Corvette C8.R #33 Corvette Racing – Nicky Catsburg / Ben Keating* / Nicolas Varrone – 3’52’’376

2. Aston Martin Vantage AMR #25 ORT by TF – Ahmad Al Harthy* / Michael Dinan / Charlie Eastwood – 3’53’’905

3. Ferrari 488 GTE Evo #54 AF Corse – Thomas Flohr* / Francesco Castellacci / Davide Rigon – 3’54’’582

4. Ferrari 488 GTE Evo #21 AF Corse – Simon Mann* / Julien Piguet / Ulysse de Pauw – 3’54’’744

5. Ferrari 488 GTE Evo #83 Richard Mille AF Corse – Luís Pérez Companc* / Alessio Rovera / Lilou Wadoux – 3’55’’033

*En gras les deux Nordistes engagés dans les 24 Heures du Mans 2023

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1524 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.