CYCLISME : L’ÉQUIPE COFIDIS DÉVOILE SES AMBITIONS POUR 2024

Equipe Cofidis 2024
Alexis Gougeard, Axel Zingle, Valentine Fortin, Bryan Coquard, Victoire Berteau, Guillaume Martin et Cédric Vasseur à Paris (photo JMD/Sports 5962)

La saison sur route 2024 vient déjà de commencer avec le Tour Down Under en Australie et les premières courses en Espagne. Mais la plupart des coureurs sortent des stages de préparation d’avant-saison. C’est le cas des coureurs de l’équipe Cofidis pour 2024. L’équipe nordiste attaque son second cycle dans le circuit UCI World Tour avec beaucoup d’ambitions, après une superbe année 2023. Des ambitions partagées aussi par les féminines qui veulent monter à l’échelon supérieur.

Comme chaque année à la même époque, les équipes professionnelles présentent leurs objectifs et leurs changements à la presse. C’était le cas ce lundi pour Cofidis, qui a choisi le club de sport et de mise en forme Human Fab à Paris, où les coureurs viennent régulièrement se préparer physiquement.

Avec le manager général, et désormais patron de Cofidis Compétitions Cédric Vasseur, étaient présents 6 cadres français(e)s de l’équipe: Guillaume Martin, Axel Zingle, Bryan Coquard et le nouveau Alexis Gougeard chez les hommes; Victoire Berteau et Valentine Fortin chez les femmes. Chacun s’est longuement livré au jeu des interviews devant les 22 media présents.

Vidéo Dailymotion SPORTS 59/62. Cédric Vasseur présente la saison 2024 de l’équipe Cofidis.

Des objectifs ambitieux en 2024

Cédric Vasseur a dressé d’entrée un bilan flatteur de la saison écoulée. Une saison marquée par 20 victoires, dont 3 étapes dans les Grands Tours. Sans oublier le titre de championne de France de Victoire Berteau à Cassel,  » qui a boosté toute l’équipe masculine avant le Tour de France », affirme même l’ancien maillot jaune du Tour de France. Nous reviendrons prochainement sur l’équipe féminine Cofidis 2024.

 » On a marqué de notre empreinte la saison 2023 « 

Cédric Vasseur

 » On a marqué de notre empreinte la saison 2023« , poursuit Cédric Vasseur, et j’espère que nous ferons aussi bien et même mieux en 2024. Pour les garçons, je rêve de gagner à la fois sur le Tour, le Giro et la Vuelta. Ce n’est pas impossible. On l’a déjà fait. On est ainsi passé de 2018 avec zéro victoire d’étape sur les routes des grands Tour à 7 victoires d’étapes pour notre effectif. Cela veut dire que l’on a vraiment monté en gamme. » La saison dernière, les hommes ont ainsi gagné 20 victoires, dont quelques unes de prestige.

Faire mieux sera donc l’objectif dans cette année spéciale avec les Jeux Olympiques à Paris. L’équipe aura certainement quatre pistards cet été au Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines: Valentine Fortin, Victoire Berteau et Benjamin Thomas; tous les trois médaillables. Mais aussi Mathieu Bosredon en para cyclisme.  » Nous allons les aider dans leur projet olympique afin qu’ils soient placés dans les meilleures conditions pour ramener des médailles à la France et à l’équipe, sans négliger la route. »

Martin et Coquard: les tauliers

La route qui vient de démarrer en Australie et en Espagne avant l’ouverture en France avec le Grand Prix de La Marseillaise le 28 janvier. Bryan Coquard ainsi revient de Valence où il a disputé ce week-end le Grand Prix de Valence puis celui de Castellon.  » Ça s’est bien passé samedi puisque je termine 2è derrière Groenewegen. Moins bien dimanche puisque j’ai été retardé par un accrochage qui m’a fait dérailler à 2 km de l’arrivée. Je repars dernier mais je termine quand même; j’ai essayé de sauver les meubles et je finis 10è sur une arrivée qui me convenait. » L’an passé à la même époque, le sprinter nantais avait déjà ouvert son compteur en gagnant sa première victoire en World Tour au Tour Down Under. Ses premiers objectifs: gagner des étapes à Paris-Nice et au Tour de Catalogne en mars.

Equipe Cofidis 2024 Bryan Coquard
Bryan Coquard ici en reconnaissance à Cassel il y a un an (photo JMD/Sports5962)

L’équipe Cofidis comptera à nouveau sur Guillaume Martin sur les Grands Tours, en 2024. Le grimpeur normand va de nouveau doubler la Grande Boucle et la Vuelta cette année.  » C’est vraiment mon terrain de jeu. Ce sont les courses que je préfère. C’est pourquoi je serai au départ de deux Grands Tours, après une année de ‘récupération’ en 2023 avec seulement le Tour de France au programme. » Martin a aussi d’autres objectifs: le Dauphiné-Libéré en juin, mais aussi le championnat de France qui aura lieu dans sa région, à Saint-Martin-de-Landelles, dans le Sud Manche; le pays de Daniel Mangeas.

L’expérience d’Alexis Gougeard

Un autre Normand est arrivé cette année dans l’équipe nordiste. C’est Alexis Gougeard. Il n’avait pas d’équipe pro en 2023 après le fiasco de B&B Hôtels. Ce rouleur au long cours est donc redescendu en amateur avec le VC Rouen. Et l’on se souvient du grand numéro, « à la Gougeard » qu’il avait le samedi à Cassel dans le championnat de France amateur. Aussi il revient avec soulagement dans le peloton pro après une année de purgatoire.  » C’est un soulagement, c’est clair… Avec le VC Rouen, c’était l’objectif: retrouver un contrat pro. Le passage en amateur a pu sembler long. Mais mon club m’a beaucoup aidé et je retiens surtout les aspects positifs de cette expérience. »

Le Rouennais va certainement continuer à courir dans son registre: attaquer. Et il fait aussi du championnat de France disputé en Normandie sa priorité de l’année. Il compte aussi aider l’équipe. Mais pour le rôle de capitaine de route, il se sent à 30 ans encore un peu jeune pour tenir ce rôle attribué généralement aux anciens en fin de carrière. On devrait le voir aussi dans les courses du Nord et en Belgique.  » Ce sont des courses qui me vont bien. J’aime aussi courir là-haut car il y a l’amour du vélo qui est présent et cela fait du bien. Il y a toujours du monde au bord des routes. »

La progression d’Axel Zingle

Cédric Vasseur compte aussi donner encore plus de responsabilités à Axel Zingle. Le jeune Alsacien (25 ans) progresse d’année en année. Il fait partie aujourd’hui des tout meilleurs routiers-sprinters français, grâce à un registre très complet. L’objectif sera pour lui les courses d’un jour et les classiques. On le verra ainsi sur les classiques flamandes et italiennes en début de saison, jusqu’aux Ardennaises.  » J’ai un profil passe-partout. Je suis toujours motivé et j’ai du mal à dire non. Du coup, je me retrouve avec des saisons à plus de 90 jours de course. Cette fois, je vais plus sélectionner. Moins de quantité, et plus de qualité. »

Dans cette optique, Axel Zingle a déjà coché le championnat de France et la Grande Boucle. Il reviendra certainement sur le Tour de France cette année après une 1ère expérience difficile en 2023.  » J’ai une revanche à prendre de ce côté-là… » Mais pas de Paris-Roubaix cette année encore.  » C’est une course qui m’attire autant qu’elle me fait peur. J’attends de progresser sur les pavés en Belgique qui sont déjà durs avant de m’y attaquer. »

Avec Zingle, Martin, Coquard et Gougeard, Cofidis dispose de quatre leaders, côté français, aux profils bien différents. Signe que l’équipe Cofidis est bien décidée à briller sur tous les terrains, en France comme à l’étranger, en 2024.

Retrouvez aussi les interviews de Bryan Coquard, Guillaume Martin, Axel Zingle et Alexis Gougeard sur Dailymotion SPORTS 59/62.

COFIDIS SÉLECTIONNÉ POUR LES DEUX PARIS-ROUBAIX

Cofidis 2024 Paris-Roubaix
L’équipe Cofidis à Compiègne lors du dernier Paris-Roubaix (photo ASO/Gautier Demouveaux)

Amaury Sports Organisation a annoncé le 23 janvier les équipes sélectionnées pour le 121è Paris-Roubaix (7 avril) et le 4è Paris-Roubaix Femmes (6 avril). Sans surprise, les deux formations Cofidis sont retenues par ASO. L’équipe hommes au titre des 18 équipes UCI World Tour, comme Décathlon-AG2R-La Mondiale, et Intermarché-Wanty. Les femmes en tant que meilleure équipe continentale. L’organisateur a aussi invité TotalEnergies sur la course masculine, ainsi que 4 teams français sur la course féminine. Pas de surprise donc pour la reine des classiques, en espérant qu’il y aura plus de coureurs tricolores au départ à Compiègne que la saison passée (14).

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1627 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Ardennaises 2024 : 4 montées du Mur de Huy

Les commentaires sont fermés.