CYCLISME : LES SPRINTERS EN FORCE AU 76ème GRAND PRIX D’ISBERGUES

GP Isbergues 2022
Le Grand Prix d'Isbergues 2021 (photo Bruno Bade/LNC)

Le 76ème Grand Prix d’Isbergues a été présenté vendredi soir. La classique artésienne aura lieu le 18 septembre. Les vainqueurs potentiels sont nombreux dans une course qui ne s’achèvera pas forcément sur un sprint massif. Les conditions météo vont comme d’habitude beaucoup influer sur le scénario. Six équipes World Tour présentent pourtant une formation avec leurs meilleurs sprinters au GP Isbergues 2022. Qui succédera à l’Italien Elia Viviani, vainqueur l’an passé ?

Comme à Fourmies ce week-end, les sprinters seront nombreux au départ du GP d’Isbergues 2022. Dans la liste des engagés, on trouve ainsi tous ces spécialistes de l’emballage final: Bryan Coquard et Max Walscheid (Cofidis); Matteo Moschetti (Trek Segafredo); Arnaud Démare (Groupama-FDJ); Marc Sarreau et Clément Venturini (AG2R Citroën); Caleb Ewan (Lotto Soudal); Jakub Mareczko (Alpecin Fenix); Nicolo Bonifazio et Lorrenzo Manzin (TotalEnergies); Pierre Barbier et Luca Mozzato (B&B Hôtels/KTM); Jason Tesson (Saint-Michel Auber 93). Et peut-être Thomas Boudat (Go Sport Roubaix LM) s’il est remis de sa chute. Un raisonnement qui tient aussi pour Nacer Bouhanni (Arkéa Samsic), qui n’a toujours pas repris la compétition depuis sa grave chute au Tour de Turquie. Pratiquement toutes les équipes amèneront au moins un homme rapide dans l’hypothèse d’une arrivée au sprint.

Sprinters contre baroudeurs au GP Isbergues 2022

Pourtant, les scenarii de ces dernières années n’ont pas toujours débouché sur un finish massif. On se souvient ainsi de Philippe Gilbert, vainqueur en puncheur en 2018, après une sortie dans les derniers kilomètres sous le déluge. L’année précédente, c’est un duo de « beaux-frères » qui s’était disputé la victoire finale, Benoît Cosnefroy prenant l’avantage sur Pierre Gouault. Sans oublier l’exploit de Mads Pedersen en 2019. Le futur champion du monde s’était imposé à l’issue d’une longue échappée solitaire. Alors qu’il est considéré aujourd’hui comme l’un des des meilleurs sprinters du peloton.

L’Italien Elia Viviani s’était imposé au sprint à Isbergues l’an passé (photo Bruno Bade/LNC)

Mais il est vrai que depuis 10 ans, la victoire s’est souvent jouée au sprint avec des succès pour Arnaud Démare et Nacer Bouhanni (deux fois chacun); John Degenkolb, ou Elia Viviani l’an passé. C’est pourquoi on regardera d’abord dans ce beau plateau de sprinters pour désigner un favori.

Cependant, on gardera un oeil sur des baroudeurs comme Alexis Gougeard (B&B Hôtels), Samuel Leroux (Go Sport Roubaix), Chris Lawless (TotalEnergies), Thomas De Gendt (Lotto Soudal), Greg Van Avermaet (TotalEnergies), ou le coureur local Adrien Petit, qui sera sans doute le leader de l’équipe wallonne Intermarché-Wanty Gobert. Autant de coureurs souvent échappés, mais plus rarement vainqueurs. Sans oublier le Breton Julien Simon (TotalEnergies), présent pour défendre sa première place en Coupe de France, face à Clément Venturini.

Un parcours exigeant

Même s’il n’y a que six formations UCI World Tour, le plateau réuni par l’équipe de Jean-Claude Willems est quand même très intéressant et très homogène. Cinq teams Continental Pro Séries, et six équipes continentales complètent ce plateau qui réunit toutes les équipes françaises. Ce qui est logique puisque le GP Isbergues 2022 compte pour la Coupe de France FDJ. Ce sera d’ailleurs l’avant-dernière manche, avant le Tour de Vendée.

«  Il a été très difficile de réunir ce plateau, à cause de la concurrence« , affirme ainsi Jean-Claude Willems. » Nous espérions aligner 18 équipes. Mais il y en a une qui s’est retirée au dernier moment, pour des raisons qui ne nous ont pas convaincu. » Entre les courses au Canada, le Tour du Luxembourg, le Tour de Slovaquie, des courses en Belgique et le début de la campagne italienne, le peloton international est en effet tiraillé. Sans oublier les championnats du Monde qui obligent les sélectionnés à partir dès la semaine prochaine en Australie.

Jean-Claude Willems, le président du comité d’organisation du GP Isbergues (photo Pierre Willemetz/Sports 5962)

Le parcours, lui est inchangé. Il y aura d’abord un premier petit circuit urbain de 10,1 km à couvrir trois fois. Ensuite la grande boucle des monts de 90,5 km avec six bosses au menu. De quoi favoriser une échappée au long cours. Enfin, retour vers Isbergues pour le circuit final de 11,9 km à couvrir 6 fois. C’est là où l’échappée peut-être rattrapée et le peloton se reformer. Ou alors voir les attaques décisives se former.

Comme à Fourmies, une bulle sanitaire sera instaurée autour des coureurs. Les spectateurs ne pourront donc pas approcher les concurrents par crainte du covid. C’est le seul regret des organisateurs qui espéraient un retour à la normale après deux années contrariantes. Mais durant lesquelles le Grand Prix d’Isbergues a quand même eu lieu.

Classement de la Coupe de France FDJ

1SIMON JULIENTOTALENERGIES129
2VENTURINI CLEMENTAG2R CITROEN TEAM112
3CAPIOT AMAURYTEAM ARKEA – SAMSIC92
4*ZINGLE AXELCOFIDIS82
5*LOUVEL MATISTEAM ARKEA – SAMSIC82
6*DUJARDIN SANDYTOTALENERGIES72
7SARREAU MARCAG2R CITROEN TEAM68
8PEREZ ANTHONYCOFIDIS68
9*FERRON VALENTINTOTALENERGIES65
10*MOZZATO LUCAB&B HOTELS – KTM65

Le départ du 76ème GP Isbergues sera donné à 11h50. Arrivée prévue vers 16h25. Course diffusée en streaming sur le site du GPI et les réseaux sociaux.

LES FEMININES POUR CLORE LA COUPE DE FRANCE

GP Isbergues 2022
Cédrine Kerbaol et Victoire Berteau seront au départ à Isbergues (photo JMD/Sports 5962)

Comme c’est le cas pour la 5ème année, le GPI sera précédé par une course féminine. Le Grand Prix International d’Isbergues/Pas-de-Calais féminin sera d’ailleurs, juste après Fourmies, la dernière des huit manches de la Coupe de France féminine créée cette année par la Fédération française de cyclisme.

L’année dernière, la Néerlandaise Charlotte Kool gagnait la course féminine. Devant l’Italienne Elisa Balsamo qui allait devenir championne du Monde une semaine plus tard à Louvain. Un peu à l’exemple de Kristofer Halvorsen et Benoît Cosnefroy vainqueurs du GPI avant de devenir champions du Monde espoirs. Ou de Mads Pedersen, champion du Monde Elite peu après sa victoire à Isbergues.

Cette 5ème édition accueille pas moins de 30 équipes féminines pour un total de 179 engagées. Hormis la quantité, il y aura aussi de la qualité avec notamment Clara Copponi et Eugénie Duval (FDJ Suez Futuroscope); Marie-Morgane Le Deunff et Amandine Fouquenet (Arkéa); Marion Borras (Auvergne Rhône Alpes); Amber Kraak (Jumbo Visma); la championne de Belgique Kim De Baat (Platur Pura); Chiara Consonni (Valker Travel). Et côté régional une forte équipe Cofidis emmenée par l’Italienne Martina Alzini (la compagne de Benjamin Thomas), Cédrine Kerbaol médaillée aux Jeux Méditerranéens; et la Lambrésienne Victoire Berteau. Sans oublier l’Avesnoise Allison Avoine (Saint-Michel Aber 93). Ainsi qu’une équipe des Hauts-de-France.

Le départ de la course féminine sera donné à 10h40 pour une arrivée prévue vers 13h50. Elle sera diffusée en streaming sur la webTV créée cet été par la FFC.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 826 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Grand Prix de Fourmies Ewan vainqueur de la 89ème édition
  2. Gand Prix d'Isbergues Démare vainqueur
  3. Quentin Jaurégui fin de carrière

Les commentaires sont fermés.