CYCLISME : PARIS-ROUBAIX J-2, DEUX CALIFES ET PLEINS DE VIZIRS

Paris-Roubaix J-2
Wout van Aert, Dylan Van Baarle et Stefan Küng font à nouveau partie des prétendants à la victoire (photo ASO/Pauline Ballet)

La 120e édition de Paris-Roubaix, dont le départ sera donné de Compiègne dimanche 9 avril sera le théâtre d’un nouvel épisode du duel fantastique entre les deux « fantastiques » Wout van Aert et Mathieu Van der Poel. Les deux plus grands chasseurs de classiques du peloton, n’ont jamais conquis le prestigieux pavé en jeu au vélodrome André-Pétrieux. Toujours incertaine, la Reine des Classiques pourrait aussi revenir à un prétendant capable de surprendre les favoris. Comme Dylan Van Baarle l’année passée. Le point sur Paris-Roubaix 2023 à J-2, après un passage par Arenberg.

Jeudi et vendredi, les connaisseurs étaient nombreux à la sortie de la trouée d’Arenberg, pour voir les équipes engagées effectuer leur dernière reconnaissance des pavés. Mais cette fois, les coureurs ne s’arrêtent plus. Ils rejoignent leur bus garé un peu plus loin sur la route de Wallers… Les conséquences de la pandémie durant laquelle les coursiers ont pris l’habitude de s’éloigner du public. Dommage maintenant que la situation sanitaire s’est améliorée…

Néanmoins, les coureurs craignent toujours de contracter le covid. C’est le cas pour Arnaud Démare en début d’année. Le Picard revient péniblement à la compétition. Privé de son train, Démare était cette semaine « à la rue » au Région Pays-de-la-Loire Tour, où il ne parvint pas à lutter avec Bryan Coquard, ni même avec les sprinters de second plan présents.

Arnaud Démare forfait

De ce fait, Groupama-FDJ préfère ne pas l’aligner dimanche. « Arnaud n’est pas en état de le faire, en tous cas pour être performant. Et il manque de confiance », expliqua ainsi au car garé à Arenberg Marc Madiot. Le manager du team français, qui a gagné deux fois la reine des classiques, explique que « c’est vite la galère si on n’attaque pas Paris-Roubaix dans les meilleures conditions, notamment sur le plan mental. Il faut avoir envie de faire cette course… »

Mais visiblement, Madiot ne comptait pas trop sur son sprinter, souvent à l’aise les années précédentes dans l’Enfer du Nord. La reco ne vendredi a montré que les chemins pavés étaient encore humides, avec de la boue sur les bas-côtés. « Dans ce cas, il faut impérativement être à l’avant. Je compte sur mes coureurs pour cela. »

Paris-Roubaix J-2
Les coureurs de Groupama-FDJ vendredi à Arenberg (photo JMD/Sports5962)

Privé également de Valentin Madouas, malade au Tour des Flandres, l’équipe française comptera sur Stefan Küng comme leader unique. La composition de l’équipe est fortement anglo-saxonne avec les Britanniques Watson, Askey et Stewart et l’Australien Scotson, qui remplace donc Démare. Küng, 3ème l’an passé, pourra compter sur son compatriote suisse Fabian Lienhard. Et le seul Français de l’équipe sera l’expérimenté Olivier Le Gac. Une équipe de solides baroudeurs autour du rouleur helvète, très en vu lors de la campagne flandrienne. « Avec ce qu’il nous a montré l’année dernière et la campagne qu’il vient de réaliser sur les flandriennes, il mérite d’avoir une équipe à son service« , confie l’autre directeur sportif Frédéric Guesdon. Le Breton reste à ce jour le dernier Français vainqueur à Roubaix. Cela remonte à …1997!

Des conditions incertaines

Cette reconnaissance des pavés de Paris-Roubaix à J-2 permet d’anticiper sur les conditions de course de dimanche. « Les premiers secteurs sont très très sales », constate ainsi Stefan Küng, à la sortie d’Arenberg. « Il y a beaucoup de terre, beaucoup de boue, et de l’eau. J’espère qu’il y aura encore un coup de balayeuse sinon cela s’annonce très dangereux. Il risque d’y avoir beaucoup de chutes et de crevaisons si c’est comme cela dimanche. Pour moi, la course va vraiment commencer après Arenberg. Mais il sera important de passer au mieux les premiers pavés.« 

Paris-Roubaix J-2
Frédéric Guesdon, aujourd’hui directeur sportif de Groupama-FDJ, est le dernier Français vainqueur de Paris-Roubaix (photo JMD/Sports5962)

Si la plupart des équipes, comme Cofidis, préfèrent rouler jeudi pour cette reconnaissance incontournable, d’autres ont choisi vendredi à l’instar de Groupama. Bora-Hansgrohe, TotalEnergies, Team DSM et Soudal Quick Step notamment étaient dans ce cas. Les spectateurs présents ont pu ainsi voir passer Florian Sénéchal avec son maillot de champion de France. Dimanche, le Nordiste sera un des Français à suivre, même si le début de saison ne plaide pas en sa faveur. Il aura en tous cas une carte à jouer dans une équipe de pointe en pleine déroute sur la campagne des flandriennes.

Un duo de favoris, une kyrielle d’outsiders

Comme l’an passé, deux grands favoris se dégagent: le Néerlandais Mathieu Van der Poel (Alpecin Deceuninck) et le Belge Wout van Aert (Jumbo Visma). Malgré leur forme du moment, les deux califes de la route et du cyclo-cross ont subi la loi de Tadej Pogacar au Tour des Flandres. Le Slovène sera absent, laissant place à une kyrielle de prétendants, des vizirs qui veulent être « calife à la place du calife »…. Stefan Küng se satisfait pleinement de cette situation, et confie, avec une part de malice. « L’année dernière aussi, ça s’annonçait pareil. A l’arrivée aucun des deux n’a gagné… Tant mieux si ce sont eux les favoris. Moi, ça me va très bien comme cela… »

Le rouleur suisse fait partie de cette armada d’outsiders, Et la liste des candidats est longue, de Mads Pedersen à Filippo Ganna, en passant par Kasper Asgreen, Nils Politt, Matej Mohoric, Alexander Kristoff, Sep Vanmarcke, ou encore Arnaud De Lie pour sa découverte de l’Enfer du NordSans oublier le vainqueur sortant Dylan Van Baarle, finalement au départ, et le Français Christophe Laporte, sur un nuage actuellement. Même si tous les deux sont à priori au service de Van Aert.

Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a jamais de scénario écrit à l’avance à Paris-Roubaix, même à J-2 du départ à Compiègne. L’histoire récente montre que les grands favoris sont souvent malmenés dans la course la plus imprévisible de la saison. Les onze dernières éditions ont d’ailleurs été remportées par… onze coureurs différents ! Alors, faites vos jeux…

Vidéo ASO. La bande-annonce de Paris-Roubaix 2023.

Les principaux engagés de Paris-Roubaix à J-2

175 coureurs de 25 équipes sont engagés sur Paris-Roubaix, à J-2.

Allemagne
Bora-Hansgrohe : Politt (All), Archbold (Nzl)

Australie
Team Jayco AlUla : Durbridge (Aus), Stybar (Rtc)

Bahreïn
Bahrain-Victorious : Mohoric (Slo), Wright (Gbr)

Belgique
Soudal-Quick Step : Merlier, Lampaert (Bel), Asgreen (Dan), Sénéchal (Fra)
Lotto Dstny : De Lie, Vermeersch, Frison (Bel)
Alpecin-Deceuninck : Van der Poel (Hol), Dillier (Sui), Groves (Aus)
Intermarché-Circus-Wanty : Girmay (Eri)
Bingoal WB : Van Keirsbulck (Bel), Rex (Bel)
Team Flanders-Baloise : Van Poucke (Bel)

Émirats Arabes Unis
UAE Team Emirates : Bjerg (Dan), Ackermann (All), Trentin (Ita)

États-Unis
EF Education-Easypost : Bisseger (Sui), Keukeleire (Bel), Bettiol (Ita)
Trek-Segafredo : Stuyven (Bel), M.Pedersen (Dan)

Espagne
Movistar Team : Garcia Cortina, Lazkano (Esp), Jorgensen (Dan)

France
AG2R Citroën Team : Van Avermaet, O.Naesen, Dewulf (Bel)
Cofidis : Walscheid (All), Wallays (Bel)
Groupama-FDJ : Démare (Fra), Küng (Sui)
TotalEnergies : Sagan (Slq), A.Turgis (Fra), Bodnar (Pol)
Arkea-Samsic : Hofstetter, Louvel (Fra), McLay (Gbr)

Grande-Bretagne
Ineos Grenadiers : Ganna (Ita), Kwiatkowski (Pol)

Israël
Israel-Premier Tech : Vanmarcke, Van Asbroeck (Bel)

Kazakhstan
Astana Qazaqstan Team : Moscon (Ita), Bol (Hol)

Norvège
Uno-X Pro Cycling Team : Kristoff, Tiller (Nor)

Pays-Bas
Jumbo-Visma : Van Aert (Bel), Laporte (Fra), Van Baarle (Hol)
Team DSM : Degenkolb (All), Eekhoff (Hol)

Suisse
Q36.5 Pro Cycling Team : Devriendt (Bel)

A propos de JEAN-MARC DEVRED 1627 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Paris-Roubaix Van der Poel vainqueur

Les commentaires sont fermés.