TENNIS : LE TC LOON-PLAGE A ROLAND-GARROS

TC Loon-Plage
Botic Van de Zandschulp, le leader du TC Loon-Plage (photo JMD/Sports 5962)

Le Tennis Club de Loon-Plage est fortement représenté à Roland-Garros. Par Lucas Pouille bien sûr. Mais aussi par plusieurs joueurs français ou étrangers qui ont disputé les championnats de France interclubs avec l’équipe de Pro A masculine. Les joueurs du TC Loon-Plage ne sont pas passés inaperçus aux Internationaux de France.

Quand on parle du TC Loon-Plage, les amateurs de tennis pensent tout de suite à Lucas Pouille. L’ancien vainqueur de la Coupe Davis est revenu la saison dernière dans son club d’origine. Un club qu’il a emmené en finale de la Pro A pour sa première année à ce niveau. Une réussite même si les maritimes ont perdu cette finale contre Toulouse. De peu…

Comme on le sait, Lucas Pouille a été éliminé dès le premier tour de Roland-Garros par le Tchèque Zdenek Kolar. De nombreux supporters du club venaient d’ailleurs de Loon-Plage mardi soir pour encourager leur favori sur le court n°14. En vain… Mais deux de ses équipiers loonois ont passé ce terrible premier tour.

Le TC Loon-Plage et sa légion étrangère

Les Interclubs, c’est un championnat par équipes avec trois divisions d’élite: les Pro A masculine (avec Loon-Plage et Saint-Amand) et féminine (avec La Raquette Villeneuvoise); et la pro B masculine (avec Arras). Pour ce championnat de haut-niveau qui se déroule en novembre, les clubs peuvent recruter des joueurs français et étrangers qui généralement, viennent jouer « à la pige ».

Le TC Loon-Plage a performé l’hiver dernier grâce à Lucas Pouille, bien sûr, mais aussi deux joueurs étrangers que l’on retrouve dans le tableau final de Roland-Garros. Le premier est un Néerlandais au nom imprononçable. C’est Botic Van de Zandschulp. Sans faire de bruit, le Batave figure dans le top 30 mondial (29è ici à Roland-Garros). Il a gagné tous ses matches en Interclubs avec Loon-Plage.

TC Loon-Plage
Lucas Pouille est revenu dans son club d’origine (photo Fred VDB)

A Roland-Garros, Botic (c’est plus facile à écrire…), a battu au 1è tour le Russe Pavel Kotov, issu des qualifications, en 4 manches: 6-3, 3-6, 6-3, 6-2.  » Ce Grand Chelem, il est différent des Grands Chelems précédents. Peut-être qu’il y a plus de pression ici. Alors voilà, c’est ma première victoire, un adversaire difficile. Il joue très bien au tennis. Je suis très content d’avoir enfin gagné » a expliqué le Hollandais après cette victoire difficile.

Van de Zandschulp, le Hollandais volant

Au second tour, Van de Zandschulp, qui est tête de série n°26, affrontait l’Italien Fabio Fognini, un client redoutable, ce mardi. Le match se passait sur le minuscule court n°6. Mais il a suscité une vraie ambiance dans un duel latino nordique qui va tourner court.

Mené -4-6, 6-7, le volcanique italien va se blesser lors de la 3è manche. Malgré l’intervention du kiné, Fognini, âgé de 35 ans mais toujours aux portes du top 50, abandonne à 3-2. Le Hollandais du TC Loon-Plage se qualifie donc pour le 3è tour de Roland-Garros, mais peut-être pas de la façon qu’il espérait. Maintenant, Botic a rendez-vous avec Rafael Nadal en personne. Son Roland est déjà réussi et il n’aura rien à perdre face à la légende espagnole.

Henri Laaksonen, l’autre Suisse

L’autre pilier du TC Loon-Plage, c’est Henri Laaksonen. Originaire de Finlande, il y vit toujours. Même s’il porte un nom finnois, c’est un joueur suisse, comme Roger Federer ou Stan Wavrinka, avec qui il a été sélectionné en Coupe Davis. Il a également performé en Interclubs. Agé de 30 ans, l’Helvète figure au 96ème rang mondial.

Au premier tour Laaksonen a causé la surprise en sortant l’Espagnol Pedro Martinez (43è) en 4 sets: 2-6, 6-4, 6-4, 7-6. Le match interrompu par la pluie lundi soir, s’est achevé mardi. Le Suisse est sur sa lancée victorieuse de l’année dernière, quand il défendait les couleurs de Loon-Plage.  » Je n’ai retenu que du positif de l’année dernière. J’aime les conditions ici, c’est un peu plus lent. On joue en cinq sets, on a
toujours un peu plus de temps de faire des fautes, trouver le rythme et trouver son jeu. »

Henri Laaksonen, le 3ème mousquetaire du TC Loon-Plage à Roland-Garros (photo JMD/Sports 5962)

Au second tour, Laaksonen affrontera le Danois Holger Rune. Celui-ci est l’auteur d’une des sensations du premier tour. Il a en effet battu le Canadien Denis Shapovalov, tête de série n°14.

Autre membre de l’écurie loonoise: Ricardas Berankis. Le Lituanien en revanche, quitte Roland-Garros au premier tour. Le récent vainqueur du Play In Challenger Lille, a subi la loi du Serbe Laslo Djere (4-6, 4-6, 4-6).

Berankis, Bergs, Hoang, de Lille à Loon-Plage

Hormis ces quatre joueurs directement inscrits dans le tableau final, le TC Loon-Plage comptait aussi deux joueurs dans les qualifications. Le Belge Zizou Bergs, bien connu à Lille, a été battu dès le début des qualifications par le Taïwanais Jason Jung (4-6, 6-7).

Même sort pour le Français Antoine Hoang victime de l’Italien Vavassori en trois manches: 3-6, 6-3, 4-6). Sans oublier le double belge composé de Joran Vliegen et Sander Gille. Les deux Loonois ont réalisé un exploit en sortant au premier tour le double français Mahut-Herbert, vainqueur de plusieurs grands chelems, en 3 sets (6-4, 6-7, 6-3). Chapeau les Belges…

Comme on le voit, le TC Loon-Plage occupe une vraie place à Roland-Garros. Ce club familial des dunes de Flandre (le père de Lucas Pouille fait ainsi parti du comité directeur) prend aujourd’hui une petite dimension internationale, après s’être installé dans l’élite nationale, comme le TC Lillois, le TC Saint-Amand ou le TC Denain auparavant.

UN AMANDINOIS A FAILLI CREER LA SENSATION

Ce mercredi 25 mai, le match du jour s’est déroulé en fin d’après-midi sur le court Simmone-Mathieu. Le duel espagnol opposait le prodige Carlos Alcatraz (19 ans) au « vieux » Catalan Albert Ramos-Vinolas (34 ans).

Ce dernier a réalisé un match monumental, durant lequel il a failli renvoyer le jeune surdoué à ses études. Ce match épique a duré plus de 4h30. Alcaraz l’emporte sur la fraîcheur et le talent en 5 sets: 1-6, 7-6, 7-5, 6-7, 6-4. Exemple de cet incroyable bras-de-fer: le 9ème jeu de la 4ème manche a duré 13 mn 25, avant que Ramos ne le gagne, avec une opiniatreté incroyable.

Albert Ramos-Vinolas a livré un duel sensationnel contre Carlos Alcaraz (photo JMD/Sports 5962)

Mais Ramos-Vinolas, grand spécialiste de la terre battue, s’est montré héroïque et a parfois même donné la leçon à Alcaraz qui a frôlé la sortie précipitée. Sa performance a certainement été applaudie dans l’Artois. Le Catalan a en effet disputé les derniers Interclubs en Pro A avec le Saint-Amand TC Porte du Hainaut.

Il n’a pu empêcher son équipe de terminer dernière de son groupe et de descendre en Pro B la saison prochaine. Car en fait, Ramos n’a disputé que la première journée contre Le Blanc-Mesnil. Il a perdu son simple contre Pablo Andujar, mais remporté le double avec Fabrice Martin contre la paire Andujar-Muller.Son absence lors des autres rencontres aura sans nul doute été préjudiciable à Saint-Amand.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 910 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.

1 Trackback / Pingback

  1. Roland-Garros Elise Mertens et Botic Van de Zandschulp

Les commentaires sont fermés.