CYCLISME: 2021, UNE NOUVELLE ANNEE DIFFICILE POUR LE COMITE REGIONAL

bilan comité cyclisme 2021
Le Stab de Roubaix, siège du Comité des Hauts-de-France de cyclisme (photo JMD/Sports 5962)

Le Comité des Hauts-de-France de cyclisme a tenu son assemblée générale annuelle samedi 14 janvier au théâtre Méliés de Ham dans la Somme. Pour la 2ème année consécutive, le cyclisme régional a subi de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire. Suppression de courses, baisse des licenciés, budget déficitaire: le bilan 2021 n’est guère réjouissant. Heureusement, les résultats sportifs sont encourageants, et le comité a accueilli des évènements de haut-niveau.

Dans son rapport moral, le président du Comité Pascal Sergent, affirme d’entrée: » l’année passée, à pareille époque, j’écrivais que nous avions connu une saison cycliste 2020 bien difficile. Nous espérions alors sortir rapidement de cette pandémie qui venait de nous frapper. A l’évidence, l’année 2021 ne fut guère meilleure… »

L’acharnement préfectoral

La poursuite de l’épidémie a fortement impacté le calendrier. Le zèle excessif du précédent Préfet de Région (celui dont on ne cite pas le nom, comme Voldemore dans Harry Potter…) explique cette situation qui s’est ensuite arrangée en partie après son départ l’été dernier.

 » Tandis que les compétitions reprenaient ailleurs en France, presque normalement, nous avons dû patienter jusqu’au 23 mai pour assister à une première organisation à Enquin-lez-Guinegatte. Ensuite, bien au-delà d’un Paris-Roubaix reporté ou des Quatre Jours de Dunkerque annulés, de nombreuses compétitions de notre calendrier furent simplement interdites par les autorités préfectorales. » Un simple constat basé sur les faits objectifs…

Comité cyclisme 2021
Paris-Roubaix a eu lieu à une date inhabituelle (photo ASO/Pauline Ballet)

Et cette pique à lire aussi sur le rapport de Pascal Sergent. « L’incompréhension complète se dessinait lorsqu’à cette même période, fin mai, des milliers de supporters du LOSC se pressaient dans les rues de Lille pour fêter un beau titre, mérité, de Champion de France de football. De son côté, malgré le respect strict des consignes sanitaires, le cyclisme payait la note. Le Comité Régional, comme quelques autres, voyait fondre son calendrier et le nombre de ses licenciés. Un cri d’alarme a été lancé en direction du Préfet de Région sous la forme d’un courrier officiel en date du 24 mai. La sollicitation d’un rendez-vous est restée lettre morte ! »

Dans Sports 59/62, nous nous étions émus à l’époque de ce traitement différencié de la part du représentant de l’Etat.

Une nouvelle perte de licenciés

En 2021, le Comité des Hauts-de-France de cyclisme a encore perdu des licenciés: 3287 pratiquants au total, contre 3515 en 2020 et 4377 en 2019, avant la crise sanitaire. Il y en avait 4726 en 2017.

Cette désaffection se retrouve aussi chez les encadrants. 1192 en 2021 contre 1340 en 2020 et 1583 en 2017. Bref, la crise avait commencé déjà avant le covid, qui n’explique pas tout. Mais le bilan des organisations confirme ce constat. En 2021, 282 courses sur les 488 prévues ont été annulées. A titre de comparaison, il n’y en a eu que 25 sur 483 en 2019. Et là, forcément, le contexte sanitaire est la principale cause, déjà constatée en 2020.

L’autre point noir, c’est le budget. Celui de l’année écoulée accuse un déficit d’environ 50 000 euros. Mais le trou ne s’est pas creusé grâce à la vente de l’ancien siège du Comité à Lambersart. Celui-ci est désormais installé dans les bureaux du Stab’ de Roubaix, le vélodrome couvert.

Heureusement, il y a des points positifs dans ce bilan du Comité des Hauts-de-France de cyclisme. Les résultats sportifs viennent au premier plan.

Kevin Le Cunff est devenu champion paralympique sur route à Tokyo (photo CPSF)

On recense ainsi en 2021 un champion paralympique, Kevin Le Cunff (Dunkerque Littoral Cyclisme); un champion de France et d’Europe de beachrace (Samuel Leroux, VC Roubaix); une double médaillée sur piste aux championnats d’Europe (Victoire Berteau, VC Laonnois); un quadruple champion de France junior sur piste (Oscar Caron, VC Roubaix). Sans oublier les multiples podiums nationaux dans toutes les catégories d’âge sur route, sur piste, en VTT. Seul le cyclo-cross est un peu à la traîne, comme on l’a vu lors des récents championnats de France à Liévin.

Un calendrier professionnel fortement perturbé

En ce qui concerne les grandes courses, on déplore l’annulation du Grand Prix de Lillers et des Quatre Jours de Dunkerque. La principale course par étapes du Comité a été victime pour la 2ème foi des contraintes imposées par le Préfet. On espère fort que les 4 Jours repartiront de plus belle en 2022 grâce à des partenaires fidèles.

Des classiques comme Fourmies et Isbergues ont pu se tenir à la date prévue. D’autres comme Denain, et surtout, Paris-Roubaix ont eu lieu en déplaçant leur date en fin de saison.

Hormis les courses professionnelles habituelles, le Comité a organisé plusieurs événements exceptionnels: le championnat de France et le championnat d’Europe de beachrace (VTT sur sable). Et surtout, de façon inattendue, les championnats du Monde sur piste à Roubaix en octobre, après le désistement du Turkménistan. Sans oublier le premier Paris-Roubaix féminin de l’Histoire.

La Flandre Intérieure a obtenu l’organisation des championnats de France sur route 2023 (photo JMD/Sports 5962)

Et ce n’est pas fini puisqu’une convention a été passée avec l’UEC pour l’accueil des championnats d’Europe de beachrace jusqu’en 2024 à Dunkerque. La FFC a choisi la Flandre Intérieure pour les championnats de France sur route 2023, alors que les championnats de France de cyclo-cross viennent d’avoir lieu à Liévin. C’est tout le savoir-faire des Hauts-de-France en matière de cyclisme qui est ainsi reconnu.

Bref, après la grisaille des premiers mois de l’année, des éclaircies sont arrivées en fin de saison. C’est pourquoi le Comité a des espoirs de relance pour l’avenir, notamment grâce aux structures qui ont été renforcées en 2021, suite à beaucoup de bonne volonté des uns et des autres.

A propos de JEAN-MARC DEVRED 670 Articles
Journaliste professionnel depuis 1980, après des études de journalisme au CUEJ de Strasbourg. Carrière en presse écrite, en radio et surtout en télévision à France3 Nord-Pas-de-Calais.